Basketball which Kuroko plays
Dans la vie il n'y a pas que le basket voyons ! Bien sûr, vous êtes en plein coeur des compétitions entre hommes ou entre femmes, des compétitions corsé et intense qui proviennent de nul autre chose que de ce merveilleux ballon orange. Mais êtes-vous réellement obligé de vous y mêler ? La réponse est non.. Ce n'est pas parce que tout le monde se garoche en bas du pont que vous devez devenir un mouton et sauté vous aussi...Voyons... Vous êtes à Tokyo ! Des boutiques, des maisons, des garderies, de grandes écoles selon un niveau de popularité différente ... Des starlettes et à notre grand désespoir des Journaliste fouineur qui feront tous pour faire éclater les scandales. Basketteur en herbe ? Prend tes souliers et fonce au gymnase, accumule des Kuroko's points et troque les contre des xp et vois ton équipe devenir la meilleure et peut-être que ce sera toi l'étoile de Tokyo à la fin...a moins qu'un méchant journaliste tue ta réputation avant même que tout soit commencer.... Allez fille ou garçon intègres une équipe et participe au match. Les autres encouragés vos équipes, faites connaissance avec les joueurs et qui sait peut-être que vous en rapporterez un chez vous... Vivez, explorez.. Découvrez et devenez ...Vous-même.



 
Nous accueillons un demi-dieu sur le forum ! Et oui, Voici l'apparition d'un Vice-Admin qui se connectera sur le compte de Games Master ♥️
Kaijo vous accueille, venez remplir ce pauvre cocon vide ~

Partagez | .
MessageSujet: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 3 Jan - 17:00
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

Le soleil était à son zénith. Seul dans la salle de classe depuis le début de la pause déjeuner, tout le monde étant occupé à manger à la cafétéria, bien au chaud, Takeru avait fini son déjeuner une dizaine de minutes plus tôt. À présent, assis près de la fenêtre fermée, son regard perdu dans la contemplation de la cour ensevelie sous la neige, il griffonnait le panorama sans même regarder sa feuille à dessin. Ses lunettes étaient juchées sur son nez, mais étaient à moitié cachées par les mèches cuivrées lui tombant devant les yeux.
Son crayon roulait habilement entre ses doigts experts, alors qu'il détaillait le paysage mort devant lui. Ses cours de la matinée l'avaient complètement endormi, et il ne se sentait pas la force de se joindre à la foule bruyante et braillarde des autres élèves de Yosen High. Instinctivement, il baissa les yeux – il ne les aimait pas réellement – et ceux-ci tombèrent sur le croquis. Vidés de toute expression, ils se noyaient dans les courbes des branches nues dépeintes sur la feuille. Avisant un trait qui n'aurait pas dû y être – ça ne servait pas réellement d'être toujours dans la lune –, il tendit la main à l'aveuglette pour chercher sa gomme. Gomme qu'il ne trouva pas sur sa table.
Il fronça les sourcils, pinça les lèvres, et la chercha des yeux.

– Ah mais non... Pas encore ? soupira-t-il, complètement blasé.

Takeru se pencha pour regarder sous la table, tournant et retournant la tête, se la tordant à moitié. Puis, n'arrivant pas à l'attraper, il descendit de sa chaise et rampa sous la table. Le jeune dessinateur la prit en main, et recula pour ressortir, juste au moment où quelqu'un entrait dans la salle. En voyant ses pieds devant la porte, il s'effraya, et se redressa subitement, se cognant la tête contre le rebord du bureau.

– Oh !... Aïe...

Se frottant doucement le crâne à l'endroit où la bosse ne tarderait pas à apparaître, ses lunettes de travers, il leva les yeux vers le nouveau venu, et reconnut un des garçons de sa classe – Ikuto-quelque-chose, il ne savait plus très bien.

-------------------------------



Dernière édition par Takeru Okida le Mer 8 Mai - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 3 Jan - 18:57
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

Je regardais quelque peu blasé mes camarades de classe jaser dans la cafétéria. Je soupirai, j'avais à peine touché à mon assiette où reposait à présent sur le bord un livre.  Il y avait tellement de bruit, de sons discordants qui blessaient mes oreilles, impossible de lire dans ces conditions. Et je voulais tellement lire, je ne supportais plus les conversations futiles de mes amis tels : "oh t'as vu le nouveau vernis à ongle que je me suis achetée ?" ou "le prof ***** fait vraiment chier parce que....", elles n'énervaient, m'agaçaient, ils parlaient tous de la même chose tout les jours sans changer le moindre mot comme un vieux disque qui se répétait à l'infini. Je pris mon livre sous mon bras et me dirigea vers ma salle de classe sous les yeux surpris de mes amis, elle devrait être vide, je serais en paix. Je ne désespérait pas, un jour sans doute ils comprendront le bonheur de se plonger corps et âme dans "ces vieux bouquins qui ne servent à rien" dixit l'un d'eux. Ou même juste se taire, être en mode éteint mais cela n'arriverait jamais.... Ils étaient des piles vivantes. Je traversai les couloirs silencieux en m'arrêtant de temps en temps pour admirer la neige fraîche de la veille. C'était une belle vue. 
Une dizaine de pages... C'était tous ce qui me restait à lire.... Je ne teindrais pas la pause, et bien évidemment personne dans ce lycée ne portait sur lui un livre. Il faisait froid, j'aurais bientôt plus rien sous la dent et j'avais brisé mon dernier stylo à encre ce matin sur la porte des toilettes en jouant aux flèches sur cible humaine.... La journée allait être longue.... Très longue... En plus j'avais sommeil et je ne pouvais pas dormir en cours puisque les profs me surveillaient constamment, j'allais pas non plus les manger.... Peut être tuer mais pas manger, et c'était tellement plus distrayant de participer à l'ambiance de la classe, quelques boules de papier par-ci par-là n'avaient jamais fait de mal à quiconque. Je calculai le temps qu'il me restait avant la sonnerie, je pourrait faire une bonne petite sieste contre le radiateur. 
Je ralentis à l'approche de la salle de classe. J'entendis des bruits étouffés. Il n'y avait personne pourtant, ils étaient  tous à la cafétéria. Un fantôme ? Peu probable. Un élevé ? Plus probable que le fantôme, malheureusement. J'ouvris la porte, j'allais avoir ma réponse. Quelle ne fut pas ma surprise en voyant en effet un élevé, j'avais oublié que les fantômes étaient dans les salles de sciences nat'. Il était à quatre pattes sur le sol, il cherchait quelque chose. Puis il se redressa brusquement et se cogna la tête contre la table. 

- Oh !... Aie... 

Il devait avoir mon âge, les cheveux cuivrés, ces lunettes.... 

- Okida ? 

Je relevai un sourcil surpris. Les deux seules choses que je savais sur lui était son nom et qu'il dessinait tout le temps, impossible ne pas le remarquer derrière ses cahiers, dire que lui le prof disait rien.... Et, aussi, qu'il était aussi maladroit qu'il était adroit aux dessins.... même si je n'avais eu le privilège d'observer plus en détail ses croquis. 
Demander ou non s'il avait un livre sur lui, tel était la question. Mais étrangement c'était un : 

- Tu fais quoi ? 

Normalement il aurait dû être tout sauf là, sur le toit par exemple, il y avait une meilleur vu, et comme ça j'aurais été seul. Mission : faire partir l'intrus, j'étais trop paresseux pour me chercher un autre endroit. 


Dernière édition par Ikutoko Nakajima le Ven 4 Jan - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 3 Jan - 21:16
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

[HRP : Mon dieu, mon côté Aaron est de retour je crois... >< *va se pendre*]


Si il y avait bien une chose qu'il haïssait, c'était sa maladresse légendaire – et Dieu seul savait jusqu'à quel point il parvenait à l'être, parfois. Sa maladresse légendaire, et le don extraordinaire qui faisait qu'il n'arrivait pas à garder ses lunettes sur son nez plus de deux minutes si il se mettait à bouger – certainement était-ce la raison pour laquelle il évitait de bouger le plus possible, étant myope comme une taupe. Quoi que, même les taupes devaient mieux voir que lui...
Il remit ses binocles en place d'un geste malhabile, avant de fixer l'adolescent à la chevelure écarlate. Celui-ci semblait visiblement surpris de le voir dans une telle position – à savoir à moitié allongé dans la poussière, à quatre pattes sous une table. Il se félicita soudain d'être seul dans la classe, parce que ça aurait quand même pu être mal interprété – et se flagella mentalement pour une pensée si impure.

- Okida ? 

À présent, c'était au brun d'être surpris. D'accord, nous étions tout de même en décembre, il était donc logique – ou du moins autant que possible – que l'un des types de sa classe se souvienne de son nom. Selon lui, le souci était qu'il passait bien souvent inaperçu – et que, vu qu'il ne parlait pas, personne ne lui parlait. Et les personnes qui ne lui parlaient pas finissaient généralement par oublier son nom – du coup, tout le monde l'appelait le binoclard, et ça ne le dérangeait pas tellement, puisqu'il l'était... Le fait est qu'en réalité, Takeru a énormément de mal à retenir l'identité des individus externes à sa bulle d'intimité – bah quoi ? – et que, par conséquent, il s'attend la plupart du temps à ce qu'on oublie le sien. Même si ce n'est pas le cas – parce qu'on oublie difficilement un type qui reste scotché à la même place durant toute l'année pour dessiner et qui se faisait reprendre à peu près dix fois par cours par ses profs, du moins avant que ceux-ci n'aient abandonné, évidemment. Enfin bref, tout ça pour dire qu'il était quand même étonné de la rapidité avec laquelle il avait retrouvé son nom. C'est beau, la vie, vous ne trouvez pas ?

- Tu fais quoi ?

Ah, voilà une question fort intéressante, dont la réponse n'en était que plus palpitante : après avoir observé les flocons se battre en duel au dehors, avoir dessiné le champ de bataille et manqué de faire tomber ses lunettes en tournant la tête – il fallait vraiment qu'il pense à les faire resserrer, celles-là... –, Takeru avait tenté de retrouver ses munitions pour annihiler la base ennemie, mais celles-ci n'étaient malheureusement plus dans le hangar... Poussé par une témérité étonnante, il descendit de son perchoir afin de ramper dans la boue et attraper les-dites munitions ! Il allait pouvoir sauver sa patrie, grâce à elles ! Mais c'était sans compter sur l'obus s'écrasant pile sur l'arrière de son crâne, et qui le mit HS... Avant que les renforts ne débarquent et ne fassent tout capoter.
Il planta ses yeux dans les siens.

– Je ramassais ma gomme, lâcha-t-il comme si c'était une évidence, lui montrant l'objet du délit. Et euh, jusque-là, je dessinais... Je suppose.

Une autre chose que Takeru haïssait, chez lui, c'était sa répartie. Ah ça, pour en avoir, il en avait ! Mais jamais avec les bonnes personnes et, surtout, jamais au bon moment. Genre là, ça aurait été le bon moment. Mais non. Ca s'en va, puis ça revient – c'est fait de tout petits riens ? –, ou peut-être même pas, et... Bref.
Il se racla la gorge, et se releva, époussetant doucement son uniforme.

– Hum, tu es Naka... Na... Nak... Euh...

Il sembla réfléchir intensément, avant d'abandonner en vitesse.

– … C'est quoi ton nom, déjà ? lui demanda-t-il finalement, l'un de ses sourcils légèrement froncé.

Tact, zéro pointé. Nous reverrons bientôt les règles élémentaires du dialogue mondain, et nous oublierons définitivement les monologues mentaux argumentés et philosophiques – quoi que, ça, c'était pas près d'arriver... S'il devait aussi arrêter de se parler à lui-même, ce serait triste, quand même.

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Ven 4 Jan - 15:55
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

Je le vis remettre ses lunettes en place, il avait l’air d’un enfant avec ses traits encore rond. De toute évidence il n’avait toujours pas délaissé madame la Lune et sa tasse de thé pour monsieur la Terre… quoi que… Il semblait surpris. Oui le binoclard, je connaissais ton nom c’était pas non plus la peine de me fixer avec une tête d’hareng frit, on était dans la même classe, classe que tu squattais allégrement. Visiblement il était rare que quelqu’un fasse attention à lui. Ses grands yeux gris-verts… ils avaient quelques chose de dérangeant, il avait le regard d’une personne qui… c’était comme s’il… je n’arrivais pas à mettre les mots dessus, j’avais l’impression que sa vie n’avait pas été simple pour lui. Je ne faisais jamais attention à lui, personne d’ailleurs, c’était la première fois que j’étais seul avec lui, devrais-je être plus sympathique ? Non. J’avais une sainte mission à accomplir. Pas de sentiments, pas de quartiers.

- Je ramassais ma gomme, dit-il en me montrant le bout de gomme fuyard, Et euh, jusque-là, je dessinais… Je suppose.

Comment ça il supposait ?! Soit tu dessinais ou non ! En plus je te demandais juste ce que tu faisais en ce moment, pourquoi tu étais à quatre pattes sur le sol dans une position plus que singulière avec ta tête de sainte nitouche. Pourquoi avais-je donc utilisé mon dernier stylo plume ? Ah oui…. On avait touché à mon livre…. Ils avaient osé le corner ! C’était impardonnable ! Enfin maintenant ils devaient être à l’infirmerie, ce n’était plus mon problème. Je tourna légèrement la tête, sur son bureau reposaient feuilles blanches et crayons à papier. Il dessinait la neige virevoltant dehors, je ne m’attardai pas dessus, question de fierté, mais je devais bien m’avouer qu’il avait un coup de crayon surprenant, merveilleux.
Il se racla la gorge, quoi je t’avais dérangé ?, puis se releva non sans épousseter son uniforme. Peut-être qu’il avait à présent finit sa tasse de thé… Il fronça les sourcils

- Hum, tu es Naka…Na….Nak…Euh…

La tasse de thé devait être délicieuse, en restait-il pour moi ?

-… C’est quoi ton nom, déjà ?

Je faillis m’étouffer. Était-ce une plaisanterie ? Pourtant il ne semblait pas mentir. J’hésitais sur la façon de le tuer. Même le plus insignifiant des insectes connaissait mon nom, du moins ce qui ne s’intéressait ni au basket et qui n’en jouait pas soit une faible partie des étudiants, mais était-ce un raison ? De plus le basket était… était… Il m’énervait ! Muh, du poison ça serait bien, j’avais bien d’autres techniques de meurtres les plus horribles et les plus sanglants en tête cependant il y aurait eu trop de sang, j’avais pas envie de tacheter mes vêtements. Je me retins de bailler, j’étais si fatigué.

- Nakajima, Ikutoko Nakajima, Bakerru, lâchai-je sèchement.

Je soupirai, de toute les personne sur qui j’aurais pu tomber il avait fallu que se soit lui, au moins j’arriverais facilement à la faire partir, de gré ou de force.

- Essaye de t’en rappeler à l’avenir même un idiot arriverait à se souvenir le nom de ses camarades de classe. Ah aussi, tu peux quitter la salle, j’aimerais être seul.

J’aurais cette salle de classe avant la sonnerie, ce n’était pas de la « bornation », juste que j’étais un être humain avide de connaissance et de calme, or il se trouve que la mine d’un crayon sur du papier produit un bruit irritant pour moi. Donc ciao l’artiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Dim 6 Jan - 14:09
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

Takeru sentait le regard de son camarade posé sur lui, et ne pouvait s'empêcher de se sentir mal à l'aise à cette idée. En réalité, le regard des autres l'avait toujours effrayé – aussi sûrement que les monstres peuplant les ténèbres terrifiaient les enfants. Il n'osait jamais se laisser aller à identifier ce qui se lisait dans leurs yeux, bien souvent parce que ce qu'il y voyait n'étaient que des sentiments négatifs. La peur de savoir... Peur de savoir ce qu'ils pensaient de lui ? Peut-être pas. Après tout, il s'en fichait – autrement, il aurait tout fait pour quitter cette vie sans attaches. Mais vivre ainsi, alors qu'on est amarré à rien, juste posé là, en attente d'être emporté par le courant, ça lui allait bien. Au moins, il n'aurait jamais besoin de demander son avis à qui que ce soit, et pourrait s'envoler loin du Japon dès qu'il en trouverait le réel courage. Courage qu'il n'avait pas.
Un adolescent sans détermination...
Il le vit manquer de s'étouffer alors qu'il lui demandait son nom, en pinçait les lèvres. Il n'aurait peut-être pas dû le lui demander d'une telle manière – il n'avait pas énormément de tact et se le reprochait bien souvent. Quoi que les autres le lui reprochaient assez bien pour qu'il n'ait pas besoin de le faire lui-même. L'adolescent répliqua sèchement, et quasi immédiatement, outré :

- Nakajima, Ikutoko Nakajima, Bakerru.

Il écarquilla les yeux, sursauta légèrement. D'accord, Takeru était un boulet, il le savait très bien, mais ce n'était pas la peine de lui parler sur un ton aussi arrogant ! En plus, Ikutoko, c'était pas un nom de nana, ça ?

- Essaye de t’en rappeler à l’avenir même un idiot arriverait à se souvenir le nom de ses camarades de classe. Ah aussi, tu peux quitter la salle, j’aimerais être seul.

Le brun resta un moment là, à le fixer de ses yeux de merlan frit, assimilant de son mieux ce qu'il venait d'entendre. Non mais il n'avait pas rêvé, là ? Il venait de le traiter de débile et lui demandait, en prime, de lui laisser la salle ? Alors là, plutôt crever.
Le visage devenant soudainement rouge de colère et de gêne mêlée, Takeru s'avança vers le nouveau venu, sourcils froncés, gomme toujours en main, et lui lança :

– Non mais tu te prends pour qui ?

Il s'approcha encore, enjamba quelques sac qui se trouvaient sur son chemin.

– Tu débarques, comme ça, et tu me demandes de me barrer ? Je suis pas ta bonne, sache-le, Bakajima !

Non non, il n'avait pas du tout mal pris le coup du « Bakeru », pas du tout... C'était une illusion.

– Si tu veux rester, tu restes, mais compte pas sur moi pour part-iiiaïe...

Et ce qui devait arriver arriva... Takeru, en gros boulet de son état, trébucha au travers du dernier sac qu'il essayait d'enjamber, avant d'atterrir tête la première sur le sol, ses lunettes volant un peu plus loin et sa gomme faisant de même.

– Iteee... gémit-il en se frottant le front cette fois-ci.

Il se mit en position assise, releva les yeux et constata – de par la forme ultra floue postée juste devant lui – qu'il s'était cassé la figure juste devant l'écarlate. Bon, d'accord, quand il avait de la répartie, elle était souvent bloquée par ça. Ça, que nous appelons dans notre jargon « la maladresse dévastatrice de Taketan » (HRP : En vrai, je me suis cassée la gueule au travers de mon sac en essayant de voir ce que je pouvais répondre au RP *tousse* Ça donne des idées...) !
Il baissa soudainement les yeux vers le sol en rougissant furieusement. Ça y était, il s'était de nouveau tapé une honte magistrale. Il n'osait même pas imaginer la tête de Ikuto...
Takeru se frotta les yeux – constata immédiatement que ce n'était pas comme ça qu'il verrait mieux – et partit à la recherche des lunettes traîtresses, la mâchoire crispée. Il tâtonna un moment sur le sol, sans les trouver. Demander de l'aide à l'autre abruti ? Même pas en rêve !

– Où elles sont …? soupira-t-il, désespéré.

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 10 Jan - 14:03
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

J’essayai de me calmer, il n’y avait pas de raison pourtant de se mettre en colère… enfin à part qu’il ne connaissais pas mon nom…mais c’était autre chose… Il continuais à me fixer avec la même tête, je venai de briser sa petite bulle d’un coup brusque. Puis le rouge lui monta aux joues, ses yeux brillèrent de colère. Je sursautai légèrement, je ne m’attendais pas à cela, bon un peu certes. Je ne l’avais jamais vu en colère, j’avais d’autres chats à fouetter que de faire attention à un fantôme. Il s’avança vers moi, je recula d’un pas, je n’avais pas peur, c’était une crevette dans son genre qui allait m’effrayer. La situation m’amusa, il en était presque mignon avec ses joues toutes rouges mais son aura l’était beaucoup moins.

- Non mais tu te prends pour qui ? me menaça-t-il de sa gomme.

« Pour moi » mais je me retins, je ne pensais guère qu’il aurait apprécié. Qu’il aurait apprécié, depuis quand je me souciais de ce qu’il pouvait ressentir ? Ce n’était qu’un gêneur, une personne qui m’empêchait de lire, une personne sans doute seule… Il s’approcha encore plus, je commençai à avoir peur. Pour qu’une personne aussi taciturne et effacé que lui réagisse de la sorte, j’avais dû appuyer sur la mauvaise corde. C’était pas bien grave j’avais mes stylos plume… j’avais eu des stylos plume… Je songeais sérieusement à prendre mon livre comme arme s’il le fallait. Une gomme contre un livre, je pensais avoir l’avantage.

- Tu débarques, comme ça, et tu me demandes de me barrer ? Je suis pas ta bonne, sache-le, Bakajima !


Tu t’attendais à ce que j’arrive comment ? Sur le dos d’un cheval blanc ou bien un tapis volant aurait fait l’affaire ? Barrer, quel langage vulgaire ! Je n’avais jamais prononcé pareille chose ! Il y avait une différence entre « quitter » et « barrer » même si de la façon dont je l’avais dit n’avait rien de gentil… quelle formulation barbare… Je frissonnai lorsqu’il prononça le mot bonne, de vieux souvenirs refirent surface. Les bonnes de la demeure familiale, j’exécrais tellement cet endroit… jamais je n’y remettrais les pieds, plus jamais. Cependant l’image de son corps frêle revêtant les habilles d’une bonne dissipa ses souvenirs. C’était un peu dur de le prendre au sérieux avec cette image en tête. Il n’avait plus l’aire d’être une brindille d’herbe facilement pliable, mais plus à une rose épineuse. Je savais que sa colère était réelle mais… mais… je ne pouvais vraiment pas le prendre au sérieux. Bakajima, il n’avait rien trouver de mieux ? Je l’accordais Bakeru n’était pas terrible… je constatait avec un soupçon d’effroi que Bakajima sonnait mieux à l’oreille, je ne me laisserais pas battre de la sorte.

- Si tu veux rester, tu reste, mais compte pas sur moi pour part-iiaïe…

Je ne savais pas comment prendre sa proposition. Normalement, une personne m’aurait gentiment crier dessus « c’est à toi de partir, pas moi » ou quelque chose s’en rapprochant. Et malgré ce que je lui ait dit il me proposait de rester. J’eu un petit beug, deuxième question, depuis quand je prenais conscience que mes paroles pouvaient être blessantes ? Surtout lorsqu’elles ne l’étaient pas vraiment ? A part l’avoir insulté et demander de quitter la salle, il n’y avait rien de bien méchant, pas plus que d’ordinaire. Ce qu’il m’énervait ! Et alors que j’avais un peu peur de lui -les personnes les plus « gentilles » étaient celle qui se révélaient être les plus dangereuse- il… chut au sol, devant moi. Un sac sur son chemin. Ses lunettes volèrent et tombèrent à leur tour sur le sol en décrivant une magnifique courbe plus loin du corps au nouveau à terre, la gomme suivit le même chemin.

- Iteee… gémit-il.

Le choc passé, je ne put retenir un sourire que je cacha avec ma main. Il s’assit et releva la tête. Comment cela se faisait-il qu’aucune fille ne l’avait remarqué ? Une frimousse si… pourquoi donc ? Il baissa les yeux, le visage toujours aussi rouge mais je ne pensais pas que cette ravissante couleur soit dû à la colère. Être aussi maladroit… C’était pas à cette vitesse qu’il allait partir, parce que oui malgré sa proposition je restais camper ferme sur mes positions, si en plus du crayon grattant la surface du papier canson je devais aussi supporter ses rencontres trop nombreuses avec le sol, deux pour l’instant, je n’étais pas près de finir mon livre !

- Où elles sont… ? l’entendis-je soupirer.

Il était myope à ce point ? Elles étaient juste à côté. Le sourire aux lèvre, la situation était assez cocasse. Cette fois-ci un petit rire s’échappa d’entre mes lèvres.

- C’est vrai ça ! Ou peuvent-elles être dans cet océan de tables ? Au sol ? Sur une chaise ? Dans un sac ? Ou alors pire, fissurées ? chantonnai-je.

Je me déplaçai silencieusement entre les tables, attrapant au passage ses lunettes puis m’assit sur l’une des chaises vacantes. J’allais un peu m’amuser, ça lui apprendrait à me faire perdre mon temps. La vengeance est un plat qui se mange froid, tiède aussi elle était bonne. Je ne prenais pas cette "affaire" à coeur, c'étais juste une illusion.

- On va jouer, quand tu t’approches de là où elles sont je dirai "chaud" sinon ça sera "froid". D’accord taupeman ?

Je passai l’une des branches de ses lunettes dans la chemise, une fois sûr qu’elles ne tomberaient pas j’ouvris mon livre et repris ma lecture le surveillant du coin de l’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Dim 13 Jan - 14:08
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

Pourquoi fallait-il toujours que ses rencontres avec le sol n'arrivent que dans les moments les moins opportuns ? Sérieusement, c'était une malédiction ; il devait y avoir quelqu'un qui lui en voulait là-haut... C'était pas possible autrement.
Takeru entendit l'autre adolescent laisser échapper un rire peu discret qui l'agaça d'autant plus. Il avait beau essayer de les voir, ses lunettes étaient transparentes et le cadre trop fin pour qu'il puisse voir une différence de couleur avec le sol. Même en s'y mettant de toutes ses forces, il ne parvenait pas à les repérer – quoi de plus énervant que de galérer alors qu'elles devaient pourtant être à portée de main, comme bien souvent ?

- C’est vrai ça ! Ou peuvent-elles être dans cet océan de tables ? Au sol ? Sur une chaise ? Dans un sac ? Ou alors pire, fissurées ?

Le brun se figea, leva les yeux vers lui et lui lança un regard assassin, prêt à lui lancer une pique des plus désagréable, lorsque celui-ci se mit à marcher et sembla se baisser.

- On va jouer, quand tu t’approches de là où elles sont je dirai "chaud" sinon ça sera "froid". D’accord taupeman ?

Le-dit « taupeman » suivit des yeux la masse rouge informe jusqu'à ce que celle-ci ne se stoppe, blasé.

– Tu... te fiches de moi, là ?

Il poussa un long soupir d'agonie, se remit difficilement debout – en grimaçant, cela dit. Sa cheville ne supportera sûrement pas une nouvelle chute aujourd'hui – étant déjà tombé dans les escaliers un peu plus tôt, mais connaissant l'affreuse malédiction du « jamais deux sans trois », il sentait bien venir la suite...

– Et ne m'appelle pas taupeman ! Je vois peut-être rien du tout, mais ça ne m'empêchera pas de t'en coller une dès que je les aurai récupérées...

… Si il les récupérait un jour, bien évidemment.
Commençant prudemment à marcher dans sa direction, se cognant de temps à autres aux chaises, tables, sacs et il-ne-savait-trop-quoi éparpillés partout, grommelant des injures à l'encontre de l'écarlate, il arriva finalement à se planter devant lui, poings sur les hanches, yeux plantés – normalement, si il voyait bien... ce qui était loin d'être sûr – dans les siens.

– Mes lunettes, Bakajima. Ne crois pas que je ne t'ai pas vu les ramasser. Voir flou ne veut pas dire « ne rien voir du tout ».

Il poussa ensuite un soupir, et lâcha d'une voix presque désespérée.

– Sérieusement, c'est quoi ton problème ? Tu ne peux pas juste rester là, et me laisser dessiner tranquillement ? Pourquoi tu ferais subitement attention à ma présence, de toute manière ?

Takeru se mordit doucement la lèvre inférieure, marqua une longue pause, sourcils froncés, et se força à ne pas dire ce qui lui brûlait les lèvres.

– Enfin, faut avouer que l'amabilité c'est pas trop ton fort.

… Arf. Loupé ?

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Ven 18 Jan - 14:17
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

Je tournai la page de mon livre sans prêter grande attention à Takeru. J’étais, comme d’habitude, complètement plongé dans l’histoire cependant je me devais quand même de garder un œil sur lui, j’aurais sans doute du prendre son crayon au cas où. Malgré sa vision plus que…. À mon humble avis il ne devais voir correctement que trois ou cinq pas devant lui après c’était le « je picole et tiens pourquoi c’est tout flou ? ». Je souris, mes comparaisons étaient toujours aussi anormales.

- Tu… te fiches de moi, là ?

Je relevai la tête. Non en partit seulement. Je le vis se remettre debout avec difficulté, s’appuyant peu sur l’une de ses chevilles. Il avait du se faire mal dans sa chute, à moins que c’était lui qui était tombé plutôt dans la journée dans les escaliers ? Je ne me souvins pas vraiment la scène, je n’en étais détourné rapidement mais connaissant ça malchance légendaire et l’ayant vu à l’acte je pensai que oui.

- Et ne m’appelle pas taupman ! Je vois peut-être rien du tout, mais ça ne m’empêchera pas de t’en coller une dès que je les aurai récupérées…

Une menace totalement insignifiante pour moi, sa crédibilité s’était envolée dès sa chute, et puis ce n’était pas comme s’il en avait eu un moment ou un autre. Bon peu être au début je le consentis… Et puis taupeman n’était-il pas un jolie surnom ? Il manque d’élégance et alors ? Vraiment ne pas accepter le surnom que je lui avais affuté c’était d’une impolitesse ! J’eu une pointe de tristesse.
Je le regardai s’avancer entre les chaises et les tables, les cognant tour à tour. Il lâcha quelques injures à mon égards. J’étais plutôt flatté pour une fois je n’entendis pas de « gros connard » ; « salopard » et autre « va te faire foutre ! » mais comme il le murmurait si bas je n’en n’étais pas vraiment sûr. Le temps qu’il arriva devant moi j’avais fini une nouvelle page. Il se planta devant moi dans une position se voulant probablement menaçante. Zéro pointé. Revenez la prochaine fois monsieur. Avec les poings sur les hanches il ressemblait à une de mes ex-petites-amies qui me faisait sans cesse la morale, ou bien à ma tante… En plus il ne me regardait pas, non mon petit ce que tu regardes c’est mon livre mais c’est pas grave.

- Mes lunettes, Bakajima. Ne crois pas que je ne t’ai pas vu les ramasser. Voir flou ne veut pas dire « ne rien voir du tout ».

Ah, il m’avait vu ? J’étais assez surpris.

- Sérieusement, c’est quoi ton problème ? Tu ne peux pas juste rester là, et me laisser dessiner tranquillement ? Pourquoi tu ferais subitement attention à ma présence, de toute manière ? lâcha-t-il désespéré, il marqua une pause puis continua,enfin, faut avouer que l’amabilité c’est pas trop ton fort.

Je refermai mon livre d’un mouvement sec et le déposa un peu trop brutalement sur le bureau. Ce qu’il pouvait m’énerver !

- Mon problème ? Tu veux savoir mon problème ?! J’en peux plus d’entendre ces énergumènes se soucier de sujets aussi futiles que les nouvelles chaussures de bidule. Mon problème c’est que je ne peux pas avoir du calme ici. Mon problème c’est que je suis lasse et épuisé, mon problème c’est que dessiner ça fait du bruit. Oui mon petit Take-chan la mine d’un crayon parcourant le grain de ta feuille canson est quelques peu irritant de même n'étant pas un virtuose du crayon tu vas effacer tes erreurs avec ta charmante gomme, gomme qui évidement va aussi produire du bruit. Alors pourquoi je ne te laisserais pas tranquille et irais dans une autre salle ? Pour la simple est bonne raison que ici c'est chauffé, on n'entends pas les bruits de la cours et ! elle est sensée être vide. De plus la bibliothèque est fermée. Non je ne suis pas énervé parce que un ballon de basket est venu percuter la tête de la bibliothécaire !

Je m'arrêtai, essoufflé. Je me passai la main sur le front, j'étais aller trop loin...

- L'amabilité hein ? J'ai connu ça une fois... pour finalement me rendre compte que si je ne me battais pas je me retrouverai enchaîner au fond d'un puits. Pas de quartier. Pas de sentiments.

Ma famille, ma très chère famille... Je serrai les poings, mes jointures blanchirent. J'inspirai puis expirai, je le calmai peu à peu. Je plantai mes yeux dans les siens, je soufflai plus pour moi-même que pour lui :

- Rare sont les personnes qui cachent leur existence, plus celles qui ont ton tempérament.... alors pourquoi te caches-tu ? Un livre dont je n'ai pas la fin est vraiment agacent... T'es comme un livre qui n'a pas de fin....

je repris mon livre entre mes mains puis m'assis. Je n'étais levé sans m'en rendre compte.

- C'est Nakajima et pas Bakajima, crevette ! Je ne vais pas te les rendre, tu ne peux pas dessiner sans n'est-ce pas ? Et puis pourquoi tu n'irais pas dans la salle du club de dessin ou peinture ou je ne sais plus quel art ?

Je me replongeai dans ma lecture. Ce qui m'agaçait probablement le plus chez lui c'était sans doute son comportement, calme et réservé et quand on le cherchais on le trouvait. Il avait piqué ma curiosité. Je le haïssait rien que pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 7 Fév - 10:50
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

Il y avait comme un problème. Il semblait déstabilisé par ses mots, et, soudainement, une lueur furieuse brilla dans son regard terreux – lueur que Takeru ne vit évidemment pas, trop occupé à chercher ses yeux et à tenter de garder les siens à cette hauteur, assez difficilement. Mais le changement soudain de son comportement, de sa position, les muscles soudainement tendus. Il ne s'attendait réellement pas à le voir exploser de cette manière pour ce qu'il lui avait dit.

- Mon problème ? Tu veux savoir mon problème ?! J’en peux plus d’entendre ces énergumènes se soucier de sujets aussi futiles que les nouvelles chaussures de bidule. Mon problème c’est que je ne peux pas avoir du calme ici. Mon problème c’est que je suis lasse et épuisé, mon problème c’est que dessiner ça fait du bruit. Oui mon petit Take-chan la mine d’un crayon parcourant le grain de ta feuille canson est quelques peu irritant de même n'étant pas un virtuose du crayon tu vas effacer tes erreurs avec ta charmante gomme, gomme qui évidement va aussi produire du bruit. Alors pourquoi je ne te laisserais pas tranquille et irais dans une autre salle ? Pour la simple est bonne raison que ici c'est chauffé, on n'entends pas les bruits de la cours et ! elle est sensée être vide. De plus la bibliothèque est fermée. Non je ne suis pas énervé parce que un ballon de basket est venu percuter la tête de la bibliothécaire !

Takeru écarquilla les yeux, resta un moment figé dans la même position, incapable du moindre mouvement. Il déglutit, garda ses yeux fixés, de son mieux, sur le visage de l'adolescent en face de lui. Il y avait tellement de colère enfouie en lui, tellement de haine... Envers les autres, peut-être même envers lui-même ? Le petit brun ne connaissait que trop bien ce sentiment pour pouvoir le reconnaître chez les autres, même sans voir les traits tirés de son visage.
Il s'était brutalement levé, tout en claquant bruyamment son livre sur la table la plus proche, le faisant sursauter et reculer d'un pas.

- L'amabilité hein ? J'ai connu ça une fois... pour finalement me rendre compte que si je ne me battais pas je me retrouverai enchaîner au fond d'un puits. Pas de quartier. Pas de sentiments.


Le dessinateur frissonna légèrement. Ses paroles sentaient le vécu, ça, c'était certain... Son cœur se serra douloureusement. L'avait-il réellement blessé à ce point ? Pourtant, il ne pensait pas à mal... C'est vrai, quoi, il lui parlait comme de la merde et s'attendait à ce qu'il se laisse bien gentiment faire ? Le plus vexé d'entre eux, ce devrait être Takeru, pas cet espèce de rat de bibliothèque extraterrestre aux cheveux écarlates !
Le souci était qu'il n'arrivait pas à se sentir vexé – enfin, pas totalement. Compréhensif, c'est tout. Lui aussi, il avait des problèmes, semblait-il. Quel genre ? Et c'était de cette manière, en se renfermant, qu'il y faisait face ? Takeru pinça les lèvres, légèrement agacé par cette réaction qu'il jugeait complètement puérile. Mais, en y repensant plus profondément, n'agissait-il pas de la même manière ? C'que c'était agaçant !

- Rare sont les personnes qui cachent leur existence, plus celles qui ont ton tempérament.... alors pourquoi te caches-tu ? Un livre dont je n'ai pas la fin est vraiment agacent... T'es comme un livre qui n'a pas de fin....

Takeru déglutit. Ce n'était pas réellement qu'il cachait son existence aux autres, mais... Il se mordit les lèvres, pas certain de ce qu'il pourrait lui répondre. En quoi ça le regardait, de toute manière ? Il n'était pas sa mère, qu'il sache !

- C'est Nakajima et pas Bakajima, crevette ! Je ne vais pas te les rendre, tu ne peux pas dessiner sans n'est-ce pas ? Et puis pourquoi tu n'irais pas dans la salle du club de dessin ou peinture ou je ne sais plus quel art ?

Le brun fronça les sourcils.

– J'ai plusieurs choses à répondre. Déjà, je ne suis pas une crevette, Bakajima ! Et je t'appelle comme je le souhaite, et je n'irai pas non plus dans une autre salle. T'es vraiment insupportable quand tu t'y mets ! grogna-t-il en s'approchant de lui jusqu'à être à hauteur de son visage.

Il arracha le livre des mains du rouge – et regretta immédiatement de l'avoir fait, mais bon, voilà hein... On verra bien...

– Ensuite, la raison pour laquelle je refuse de me faire remarquer, ça ne te regarde pas. Je n'ai pas de comptes à te rendre, je te connais à peine. En plus, tu as vu comme tu agresses les gens ? Si tu as besoin de t'acharner sur un punching-ball, t'as qu'à aller t'en trouver un ailleurs, histoire que ce soit pas moi.

Il croisa les bras sur sa poitrine, détourna la tête.

– Et, sincèrement, si tu veux tant que ça être tranquille, trouve toi un autre endroit. J'y peux rien si tu es asocial au point de ne pas supporter qu'un seul type soit dans la même pièce que toi. Tu dis qu'en faisant part de tes sentiments tu te retrouveras enchaîné ; mais ces chaînes, c'est toi-même qui les forge et qui t'y accroche. Je trouve ça stupide, et complètement gamin ; alors agis un peu comme un deuxième année au lycée et essaie de comprendre ça par toi-même.

Il se détourna complètement, reprit son souffle, attendant la tempête qu'il allait déclencher par son manque de sang-froid. Mais sincèrement, il l'avait mérité, là !

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Jeu 14 Fév - 2:54
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

Je tentai tant bien que mal à retrouver ma ligne, le souffle un peu cour. Je le vis du coin de l’œil froncer les sourcils. J'avais vu plusieurs sentiments traverser ses yeux verts. Peur, tristesse, colère... Comme si ce que j'avais dit lui avait rappelé quelconques souvenirs. Pour la première fois depuis bien longtemps j’éprouvais une point de culpabilité. J'étais vraiment allé trop loin. C'était de mauvaises habitudes qui étaient ressorties. Ce maudit trait de caractère de famille, toujours obtenir ce que l'on souhaitait... Cependant c'en était presque amusant, de le voir ainsi...

- J'ai plusieurs choses à répondre. Déjà, je ne suis pas une crevette, Bakajima ! Et je t'appelle comme je le souhaite, et je n'irai pas non plus dans une autre salle. T'es vraiment insupportable quand tu t'y mets ! grogna-t-il en s'approchant de moi, à la hauteur de mon visage.

C'était vrai mon petit Takeru, t'étais pas une crevette mais un dessinateur. Comment ai-je pu oublier ? Je retins pour la énième fois un rire. Avec son physique si je ne l'avais pas vu auparavant ce mettre en colère je ne l'aurais pas pris au sérieux. Juste avant qu'il ne parle ses expressions semblaient si vivaces, après c'était comme si un enfant de cinq ans me disait que ce n'était pas bien de manger entre les repas. J'étais partagé entre le rire et la culpabilité. Vraiment étrange.
Bug. Bug. Au ralentit, sans pouvoir changer quoi que ce soit au destin, je le vis commettre l'irréparable. Il m'arracha mon précieux des mains. Cet acte odieux me paralysa. J'étais choqué, presque déboussolé. Personne n'avait été assez fou pour me prendre un de mes livres. Je regrettais plus qu’amèrement l'utilisation de mon dernier stylo plutôt. Le destin se liguait contre moi ! Pourtant il n'y avait pas de raison !

- Ensuite, la raison pour laquelle je refuse de me faire remarquer, ça ne te regarde pas. Je n'ai pas de comptes à te rendre, je te connais à peine.

Je ne l'écoutais à peine. Je tournai la tête lentement. Cette crevette avait pris mon livre ! Cet être qui passait son temps un crayon à la main avait osé !
Tu me connais à peine, hein ? Mon coup de poing tu le connaîtras très bien !

- En plus, tu as vu comme tu agresses les gens ? Si tu as besoin de t'acharner sur un punching-ball, t'as qu'à aller t'en trouver un ailleurs, histoire que ce soit pas moi.

J'agresse les gens ?! Je n'avais jamais agressé quiconque ! Ah mauvais foi quand tu me tiens....
Punching-ball, ce mot me fit l'effet d'une douche glaciale. Dedans il y avait ball ce qui induisait inéluctablement basket-ball. Je déglutis. Faut que je me reprenne !
Il détourna sa tête, ses bras croisés sur sa, oh combien maigre, poitrine. Puis il continua à parler.

- Et, sincèrement, si tu veux tant que ça être tranquille, trouve toi un autre endroit. J'y peux rien si tu es asocial au point de ne pas supporter qu'un seul type soit dans la même pièce que toi. Tu dis qu'en faisant part de tes sentiments tu te retrouveras enchaîné ; mais ces chaînes, c'est toi-même qui les forge et qui t'y accroche. Je trouve ça stupide, et complètement gamin ; alors agis un peu comme un deuxième année au lycée et essaie de comprendre ça par toi-même.


Je restais paralysé par ses paroles. Je devais, sans doute voir très probablement, avoir les yeux écarquillés ainsi que la bouche ouverte en un O de stupeur. Je la fermai rapidement. Mon corps fut pris de légers soubresauts, il se convulsa. Il avait juste. Entièrement juste. Mais têtu comme je l'étais je refusais d'y croire. Un peu comme Oedipe lorsqu'il découvrit la vérité... sauf que j'avais ni assassiné mon père ni épousé ma mère. Je devais absolument me reprendre, je ne savais pour quelles raisons étranges mais j'avais un besoin immense de pleurer. La psychologie humain est intéressante n'est-ce pas ? Takeru se retourna, mon livre toujours emprisonné de sa abominable prison de doigts. Le laisser partir comme ça ? Avec mon livre ? Plutôt mourir ! Je pris une profonde inspiration, réduisis la distance nous réparant et posai ma main sur son épaule. Je resserrai ma prise puis je me penchai à son oreille.

- Si tu crois pouvoir t'en sortir ainsi... Tu sais, il existe plusieurs façons de tuer une personne. Lentement, rapidement, sans douleur, avec douleur... Malheureusement je ne peux pas te tuer, ou du moins dans l'enceinte du bâtiment. Vois-tu ce que tu viens de commettre, prendre un de mes chéries, de mes bébés, c'est impardonnable. Alors je vais te faire souffrir un peu, d'accord ?

Je positionnai mes mains au niveau de ses côtes et la torture débuta. Des chatouillis.

- On peut mourir de rire, c'est pas une blague. Je te libérerai juste avant à moins que t'arrives à le faire toi-même, ce qui m'étonnerai fortement mais bon on ne sait jamais. D'ailleurs je reprends mon précieux.

Rapidement je repris mon livre et le posa sur une table sans pour autant relâcher le coupable.

- Dis-moi Take-chan, n'as-tu jamais apprécié le silence ? Je ne suis pas asocial, juste que... dès fois la présence humaine m'irrite... Quand je pense que j'étais vu ici pour lire, t'es un bien trouble fête !

Je pensais à mon week-end. J'aurais du aller chercher des livres mais je craignais fortement être retenu par une ou deux heures de colle. Il irait tout raconter. Peut-être que je devrais demander à quelqu'un de me les prendre ? Enfin on n'y était pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Sam 23 Fév - 10:51
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

De temps à autres, Takeru se demandait si il n'était pas légèrement suicidaire, dans le genre ; à vrai dire, là, il se le demandait, et repassait la question en boucle dans son esprit. Disque rayé qui ne peut s'empêcher de tourner, encore et encore, sans jamais s'arrêter. Passé le choc d'avoir perdu son livre – qui se trouvait à présent entre les mains du brun – Ikutoko sembla rester pensif un instant. Pensif, dans le sens où l'aura meurtrière qui sortait par tous les pores de sa peau essayait de nous faire comprendre qu'il songeait plus que sérieusement à la manière dont il allait le tuer. Il se détourna, moins pour éviter son regard que pour se protéger de ses prochains mots qui, il le sentait, allaient être aiguisés comme le fil d'un rasoir. Et ce rasoir, il se trouvait dès à présent juste sous sa gorge – ou peut-être même depuis qu'il avait osé lui répondre ? Takeru ne savait pas exactement quoi en penser. Mais se laisser faire, comme ça, sans rien dire ? Le temps où il laissait quiconque faire ce qu'il souhaitait de lui était révolu – et il était bien déterminé à le prouver, quitte à se faire lyncher. Il n'avait pas peur – quand on vit ce qu'il avait déjà vécu, la peur n'apparaît qu'à un certain degré. Une limite qu'il ne vaut mieux pas connaître...
Il l'entendit se lever, et se rapprocher de lui – rapidement, bien trop rapidement pour qu'il puisse réagir. Et, lorsque sa large main se posa sur son épaule, il ne put retenir un sursaut violent, mais il put taire le glapissement surpris, voire effrayé, qui menaçait de lui échapper. Ses lèvres se glissèrent près de son oreille, près, trop près, beaucoup trop près... Le souffle lent, mesuré, ardent et pourtant lourd de son camarade se heurta à la peau trop fine, et un frisson le parcourut de la tête jusqu'aux pieds. La limite à ne pas franchir... Un degré de terreur proportionnel à la distance entre eux, qui se réduisait inexorablement, faisant croître encore et encore cette peur diffuse mais présente au fond de son estomac.
Takeru ne trembla pas. Il resta figé, comme pétrifié, dans l'attente que... Que quoi, au juste ? Qu'il se passe quelque chose ? Qu'il s'éloigne ? Qu'au contraire il ne se passe rien ?

- Si tu crois pouvoir t'en sortir ainsi... Tu sais, il existe plusieurs façons de tuer une personne. Lentement, rapidement, sans douleur, avec douleur... Malheureusement je ne peux pas te tuer, ou du moins dans l'enceinte du bâtiment. Vois-tu ce que tu viens de commettre, prendre un de mes chéries, de mes bébés, c'est impardonnable. Alors je vais te faire souffrir un peu, d'accord ?

Cette fois-ci, son bras gauche fut pris de légers tremblements, et il fut contraint de reprendre une longue goulée d'air – il ne s'était pas rendu compte qu'il avait cessé de respiré dès le moment où sa main s'était posée sur lui. Comme il regrettait de ne pas voir clairement autour de lui ! Il aurait pu se concentrer sur autre chose, et ne pas avoir à fermer les yeux, et revoir ces images lui bousculer le crâne.
Puis, ses mains se posèrent sur ses côtes, et Takeru faillit lui crier de le lâcher. Il ne laissa échapper qu'une faible exclamation de surprise, avant de devoir subir les chatouilles du plus grand. (Non mais c'était quoi ce gamin, sérieux ?!) Se tortillant dans tous les sens pour y échapper, lâchant quelques petits « Non ! Non mais... Mais lâche moi—ahah ! »

- On peut mourir de rire, c'est pas une blague. Je te libérerai juste avant à moins que t'arrives à le faire toi-même, ce qui m'étonnerai fortement mais bon on ne sait jamais. D'ailleurs je reprends mon précieux.

Il lui reprit le livre des mains, sans pour autant le lâcher. C'était quoi ce sadisme à peine refoulé, là ?!

- Dis-moi Take-chan, n'as-tu jamais apprécié le silence ? Je ne suis pas asocial, juste que... dès fois la présence humaine m'irrite... Quand je pense que j'étais vu ici pour lire, t'es un bien trouble fête !

Takeru continuait à se débattre, avant de s'accrocher à l'un de ses bras de toutes ses forces, quitte à lui planter ses ongles dans la peau, afin de le faire lâcher.

– J-je m'en tape, lâche-moi ! J'étais là avant en plus !

Un nouveau petit glapissement, et Takeru le repoussait sans ménagement – avant de reculer légèrement, et de manquer de tomber au travers d'un sac qui traînait par là. Et le pire, c'est qu'il n'avait pas réussi à le faire lâcher.

– B-Bakajima, fais attention à mes lunettes ! Et puis rends-les moi maintenant ! Sinon je récupère ton livre et je le noie dans les toilettes !

Ce n'était pas parce qu'il était myope comme une taupe qu'il ne pouvait pas retrouver les toilettes dans le bâtiment, non plus !

– Je me ferai discret, si tu veux, mais je ne partirai pas ! continua-t-il, légèrement haletant, les joues rouges et les cheveux encore plus en bataille que d'habitude. Maintenant, lâche-moi !

Il grimaça intérieurement. Il devait vraiment avoir l'air pathétique – et il espérait vraiment que personne ne passerait devant la salle à ce moment-là, parce que là on aurait vraiment dit qu'il avait manqué de se faire violer ou il ne savait trop quoi. Sérieusement, ce serait bizarre, nan ?!
À peine eut-il formulé cette pensée qu'une fille – il ne savait pas trop qui, ne pouvant la voir – passa le seuil de la porte, avant de se figer un instant, et de les fixer d'un air de merlan frit.

– Euh...
– ….
– J-je dérange, hein ? Ahah... Ah. C'est dommage, j'ai pas mon portable, je peux pas prendre de phot-- enfin heurm ! Je vous laisse tranquilles !

Elle se hâta vers une place, alla chercher quelque chose dans son sac, avant de s'enfuir en courant. Et Takeru fixa un long, long, loooong moment la porte de la salle de classe.

– … C'est du foutage de gueule, ça, je suis désolé ! Rahhh mais lâche-moiii ! geignit-il sans cesser de gesticuler, les joues encore plus rouges qu'avant. Je ferai ce que tu veux, mais lâche-moi, t'es beaucoup trop près !

À ce niveau-là, c'était même plus de la malchance, c'était carrément de la poisse !

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Ven 1 Mar - 11:42
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

Sous mes mains habilles pour les chatouilles, je voyais mon prisonnier se tordre dans tout les sens, un peu comme une sourie. C'était qu'il se débattait bien la crevette ! Entre ses rires je pouvais entendre ses plaintes, des « Non ! Non mais... Mais lâche moi -ahaha ! » qui me donnaient encore plus envie de prolonger sa torture. Il parvint à agripper mon bras, il le serrait fort, ses ongles s'enfonçaient dans ma chair. Et en plus il n'assumait pas sa peine ! Quel goujat !
Je me penchai plus sur lui pour le maintenir « enfermé », ses cheveux chatouillaient mon nez. Il sentait bon. Son cou nacré n'invitait presque à le mordre. Je me retins, ce type m’énervait ! Arh il avait fallut qu'on soit seul une seule fois pour qu'il me perturbe autant ! Ce soir ça serait paëlla avec beaucoup beaucoup de crevettes.

- J-je m'en tape, lâche-moi ! J'étais là avant en plus !

Il lâcha un petit glapissement. Adorable. Il me repoussa sans ménagement mais je le tenais trop fermement pour ses pauvres muscles, cependant mon emprise se relâcha un peu et il recula. Heureusement que je le tenais encore sinon ça aurait était « bonjour monsieur le sol, vous m'avez tellement manqué ! ». Ce type devait avoir pour père le sol, c'était pas possible autrement.

- B-Bakajima, fais attention à mes lunettes !

Ses lunettes.... j'écarquillais les yeux. Je les avait mises où déjà ? Trou de mémoire.

- Et puis rends-les moi maintenant ! Sinon je récupère ton livre et je le noie dans les toilettes !

Du chantage ! Cette crevette osait me faire du chantage ! Mais c'était la peine de mort là ! De toute façon il ne serrait même pas ouvrir la porte de la salle sans ses lunettes... que j'avais mises.... Ah oui , je les avaits accrochées au col de ma chemise.... Fatigue, fatigue...

- Je me ferai discret, si tu veux, mais je ne partirai pas ! Maintenant, lâche-moi !

Le souffle entrecoupé, les cheveux en bataille et avec les rougeurs aux joues Takeru était limite un appel au viol, heureusement qu'il n'y avait aucune fille. Je n'aurais pas eu la force de me battre avec elles pour qu'elles me laissent mon prisonnier. Discret, discret et j'étais la Reine d'Angleterre ! Il avait la peau douce et chaude, il ferait un bon oreiller. Je me baffais mentalement mais à quoi est-ce que je pensais ?!

La porte s'ouvrit. Je me figeai. Quelqu'un. Il y avait quelqu'un. Je tournai la tête vers elle. Elle nous regardait fixement, étrangement, yeux ronds. Je me regardai moi et Takeru. En effet notre position pouvait prêter à confusion... et pas qu'un peu....

- Euh...
- ….
- J-je dérange, hein ? Ahah.... Ah. C'est dommage, j'ai pas mon portable, je peux pas prendre de pho-- Enfin heurm ! Je vous laisse tranquilles !

Je crus que tout les deux nous avions la même tête. J'eus peur qu'elle comprenait de travers la situation. Je n'osais imaginer ce qu'elle imaginait en ce moment. Les filles quelles créatures affreuses.
Elle entra dans la salle et courut presque jusqu'à son bureau, fouilla son sac et ressortit aussi sec. J'étais partagé entre rester ici finir ma punition divine ou bien me lancer à sa poursuite pour la faire taire.

-... C'est du foutage de gueule, ça, je suis désolé !

Je confirmai intérieurement. Malheureusement j'avais une crevette sur le feu.

- Rahhh mais lâche-moiii !

Mais c'était qu'il devenait chaud bouillant le Take-chan. Cesse de gémir les autres vont penser que je te viole.

- Je ferai ce que tu veux, mais lâche-moi, t'es beaucoup trop près !

Il m'aimait pas la présence rapprochée des gens. J'étais surpris. Il n'était peut être pas le genre de personne à aller vers les autres, ça se voyait, mais de là à me dire qu'il ferrait ce que je voudrais pour que je m'éloigne...  Il était aussi tête de mule que moi, il devait y avoir une raison à ça. Je le relâchai, c'était un sentiment que je pouvais comprendre.
Je soupirai, il ne restait plus beaucoup de temps avant la sonnerie, je pouvais bien faire une entorse. Je m'approchai de lui, lui ébouriffai les cheveux. Ça devait bien être pratique de les avoir court.

- Ce que je veux hein ? Vraiment tout ce que je veux ?

Je plongeai mes yeux dans les siens. Deux billes vertes. Impossible de lire en lui. Que faire de lui ?

- Un jour tu me raconteras, tout.

Oui je voulais savoir. Il m'intriguait et j'avais pratiquement fini les livres de la bibliothèque du moins ceux qui m’intéressait. Je lui pris la main et y déposai ses lunettes. J'étais trop gentil pourtant ce n'était pas mon jour.

- Ce n'est pas bien de laisser traîner par terre ses affaires Take-chan, je me retournai et me dirigeai vers ma chaise. Bakeru je ne pense pas que tes doigts soient déjà esquintés par le pinceau, tu pourrais me faire un massage ? Je réduirai ta peine de chatouilles de moitié.

J'étais vraiment gentil aujourd'hui, je devais être malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Dim 14 Avr - 9:28
Takeru Okida
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
33
Membre du mois :
0

Franchement, ce type était flippant. D'abord il agissait comme un connard, puis comme un psychopathe doublé d'un pervers sadique, pour finir par être un gentil petit samaritain – toujours un peu chiant, cela dit, mais on ne change pas les chiens en chat d'un coup de baguette magique. Enfin si, mais les baguettes comme dans Harry Potter, ça existe que dans nos têtes.

- Ce que je veux hein ? Vraiment tout ce que je veux ?

Takeru déglutit alors que ses yeux se plantaient dans les siens.
« Il me fait peur. Il me fait vraiment, vraiment, vraiment peur. Tout ce que tu veux ? Vas crever. C'est mal, de profiter de la faiblesse des gens. Crétin... »
Un soupir manqua de lui échapper, mais il se contenta de se bloquer dans sa gorge.

- Un jour tu me raconteras, tout.

Takeru eut un moment de beug – long, très long beug. Puis, il pâlit, sans pouvoir s'en empêcher ; parce que là, sincèrement, il venait de se faire caler en beauté. C'était pas possible de lire autant dans le cœur de quelqu'un avec seulement dix minutes de discussion, alors même qu'on passait son temps à l'ignorer avant ça. Non, non, non.
« Ça ne va pas. Ça ne va vraiment pas. Pourquoi ça n'arrive toujours qu'à moi ? »
Puis, il le laissa planté là. Simplement, comme ça, juste en lui ébouriffant les cheveux, avant de lui remettre ses lunettes dans les mains et de s'installer à sa place – ils n'étaient pas si éloignés que ça, dans le plan de classe... Il s'étonnait de ne pas l'avoir remarqué plus tôt, avec sa chevelure de feu pourtant bien repérable.

- Ce n'est pas bien de laisser traîner par terre ses affaires Take-chan. Bakeru je ne pense pas que tes doigts soient déjà esquintés par le pinceau, tu pourrais me faire un massage ? Je réduirai ta peine de chatouilles de moitié.

Ses joues se colorèrent d'un rouge soutenu. Take-chan ? Take-chan ?! Il n'y avait qu'eux pour l'appeler de cette manière. C'était quoi cette manie, hein ? Lui aussi, il allait finir par lui sauter dessus ?
« J'en ai marre. Marre, marre, marre. »

– … Je me barre.

Et il n'arrivait toujours pas à croire qu'il avait dit ça. Toujours pas.
Il ramassa ses affaires à la va vite, les lèvres pincées et le cœur lourd. Ses gestes, toujours aussi imprécis ; sa vue, toujours aussi troublée. Mais il ne voulait plus réfléchir ; simplement fuir.

– Je m'abaisserai pas à devenir ton esclave.

Le ton s'était fait froid, calme, mesuré. Et, lorsqu'il leva les yeux pour les ancrer aux siens, le visage de Takeru n'était plus le même. Distant. Fermé. Mais tellement plus mature.

– Si tu veux un massage, t'as qu'à aller dans un spa, c'est pour ça que ça existe.

Le brun attrapa son sac, se dirigea vers la porte, ses lunettes toujours dans sa main, avant de se retourner une dernière fois.

– Une dernière chose : il n'y a rien à raconter. Rien du tout. Oublie tout ça. Et n'espère plus venir me parler.

Et, sans attendre, il quitta la pièce.
Tant pis pour les cours, et tout le reste ; il rentrerait directement à l'appart'. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il irait se consoler là-bas.



[HRP : Je suis désolééée, je clos assez brutalement le sujet >< Et d'une manière pas du tout prévue en plus =_= Mais comme ça, il traîne pas plus ToT Pardon >.< Et désolée pour le retard...
Mais en prime, t'as un des visages du Dark!Takeru :'D]

-------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   Lun 22 Avr - 13:40
Ikutoko Nakajima
« Élève Ordinaire de Yosen Gakuen »
avatar

Élève Ordinaire de Yosen Gakuen
✘ Date d'inscription :
26/12/2012
✘ Messages :
58
Membre du mois :
2

[HRP : ne t'inquiète pas pour ça va ! Puis on va dire que le côté dark de Takeru compense XD Je l'aime bien ce petit côté ~ très adorable fufufu]

Une fois assis à ma place, je portai ma main au front. J'avais un peu de fièvre, rien de bien grave pour l'instant.

-...Je me barre.

J'écarquillai les yeux et me retournai de profil. Je devais avoir mal entendu, j'avais dû rêver... Pourtant je le voyais ramasser ses affaires rapidement, ses gestes étaient maladroits je me demandais pourquoi est-ce qu'il ne mettait pas ses lunettes alors que je lui avais enfin rendues. Il avait les lèvres pincées, je ne les voyais presque plus.

-Je m'abaisserai pas à devenir ton esclave.

Un frisson remonta le long de ma colonne vertébrale. Il avait dit ça d'une façon si froide...si... c'était comme si Takeru avait laissé sa place à un autre. Je déglutis, il planta ses yeux dans les miens. Ses yeux aussi avait changé, le vert des prairies avait disparu au profit du fer froid et tranchant. Avait-il connu la servitude ? Bien sûr personne ne voulait être sous le joug d'une autre personne mais tout me laisser à croire qu'il y avait plus... Et même si tu devais mon esclave je t'aurais affranchi, je ne garderais pas un esclave avec pareil caractère !

- Si tu veux un massage, t'as qu'à aller dans un spa, c'est pour ça que ça existe.

Il empoigna son sac et marcha vers la porte. Alors que je croyais qu'il allait sortir pour de bon il se retourna.

- Une dernière chose : il n'y a rien à raconter. Rien du tout. Oublie tout ça. Et n'espère plus venir me parler, dit-il puis il sortit pour de bon de la salle.

Après cette phrase ma curiosité me hurlait de le rattraper pour lui arracher la vérité. C'était comme dire à quelqu'un de ne pas se retourner, il se retournerait forcement. Et c'était pareil pour moi. Il y avait aussi une petite envie de le torturer encore plus, c'était très dur de résister. J'avais envie de savoir jusqu'où je pouvais aller avec lui. Puis je me criais dessus mentalement, pourquoi je l'avais laisser filer ainsi ?! Par peur ? Voyons ne soyons pas ridicule.... Je me frappai le front. Cette crevette pouvait être assez effrayante...
Son regard. Sa voix. Peut-être devrais-je le laisser tranquille pour l'instant... Par un malheureux concours de circonstances on s'était parlé... Je soupirai, pourquoi je me prenais la tête avec une crevette comme lui ?! Qu'il aille mourir entre ses pots d'encre de Chine !

- Si tu crois pouvoir t'en sortir comme ça Bakeru ! Je vais te faire manger tes pinceaux ! Oublier, oublier et puis quoi encore ?! Tu me prends pour qui ! Là t'es tombé sur la mauvaise personne vieux. Et tu m'as fait une promesse aussi, de tout me dire ! Si tu crois que ça je vais oublier ahahahaha ! Puis les spas c'est cher triple buse ! J'ai pas les moyens de m'en payer... Enfin si mais ça ne te regarde pas ! J'te jure que dès la seconde où je revois ton portrait...
- Heu pardon...

Je me tus. Je me tenais un pied sur la chaise et le poing fermé au-dessus de moi. Je lui criais après alors qu'il devait être parti depuis quelques minutes déjà. Devant moi, dans l'encadrement de la porte je voyais mes camarades s’amassaient. La sonnerie venait de sonner. Je grognais deux trois mois incompréhensible même pour moi. Les cours allaient reprendre. La pause c'était passée à la fois lentement et rapidement, perturbant. Faisant fi des murmures je m'installai dans une position plus convenable à mon bureau. La crevette n'était plus là, sans doute chez elle ou bien à pleurer dans un coin.

- Takeru Okida.... On va bien s'amuser tous les deux....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]   
Contenu sponsorisé
« »


Revenir en haut Aller en bas
 

Idée à la gomme... [Ikuto ♥] [Topic fini~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Topic bouffe : à vos gamelles !
» Arrivée à la demeurre Tohsaka (Topic Hentaï)
» [Inutile] Topic des hommes mariés ou en couple
» (Topic débile) Couples entre filles de 3-A...
» Hey boule de gomme, s'rais-tu dev'nu un homme? Sweet Mickey prend des airs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Basketball which Kuroko plays :: RP Terminés-