Basketball which Kuroko plays
Dans la vie il n'y a pas que le basket voyons ! Bien sûr, vous êtes en plein coeur des compétitions entre hommes ou entre femmes, des compétitions corsé et intense qui proviennent de nul autre chose que de ce merveilleux ballon orange. Mais êtes-vous réellement obligé de vous y mêler ? La réponse est non.. Ce n'est pas parce que tout le monde se garoche en bas du pont que vous devez devenir un mouton et sauté vous aussi...Voyons... Vous êtes à Tokyo ! Des boutiques, des maisons, des garderies, de grandes écoles selon un niveau de popularité différente ... Des starlettes et à notre grand désespoir des Journaliste fouineur qui feront tous pour faire éclater les scandales. Basketteur en herbe ? Prend tes souliers et fonce au gymnase, accumule des Kuroko's points et troque les contre des xp et vois ton équipe devenir la meilleure et peut-être que ce sera toi l'étoile de Tokyo à la fin...a moins qu'un méchant journaliste tue ta réputation avant même que tout soit commencer.... Allez fille ou garçon intègres une équipe et participe au match. Les autres encouragés vos équipes, faites connaissance avec les joueurs et qui sait peut-être que vous en rapporterez un chez vous... Vivez, explorez.. Découvrez et devenez ...Vous-même.



 
Nous accueillons un demi-dieu sur le forum ! Et oui, Voici l'apparition d'un Vice-Admin qui se connectera sur le compte de Games Master ♥️
Kaijo vous accueille, venez remplir ce pauvre cocon vide ~

Partagez | .
MessageSujet: Seyu Ichiro   Mar 27 Nov - 14:38
Invité
« Invité »
avatar





Seyu Ichiro ✄


♪ Nom: Ichiro ♪ Prénom: Seyu ♪ Date de naissance: 24/12/1995 ♪ Age: 17 ans ♪ Genre: Masculin ♪ Orientation Sexuel: Bisexuel ♪ Nationalité: Hawaïn ♪ Classe Social: Moyenne ♪ Emploi: Etudiant / Serveur ♪ Scolaire: 2ème année ♪ Statu de Relation: Célibataire ♪ Résidence: Appartement ♪ Groupe Sanguin: A+ ♪ Poste au basket: Arrière ♪ Votre Lycée: Tôo ♪ Présentement dans l'équipe? Ouaip ♪ Capacités: En plus d'être rapide et bon tireur, Ichi possède l'Oeil de l'aigle (vision de 360 degrés)





Pseudo: Seyu Ichiro
Age: 16 ans
Où as tu trouvé le forum ? Sur Google
Code dans le règlement? Vous devez Respect au staff.




Ichi'



Je suis moi et je serai encore moi demain !


Me décrire n’est pas une chose aisée je crois, mais je vais faire en sorte de réussir pour que vous ayez une idée assez concrète du genre de personne que je suis. Huhu.
Pour commencer, je suis quelqu’un d’assez facile d’accès, malgré les apparences. Je ne suis ni trop gentil, ni trop méchant, je me situe juste au milieu pour juger, c'est mieux, non pas que je sais agir exactement comme il faut, ça serait beaucoup trop prétentieux de ma part de dire ça. Disons que mes mauvais actes, sont égaux à mes beaux gestes. Je peux aussi bien cracher la tronche d’un type que je hais, que me jeter dans une rivière pour sauver un autre mec de la noyade et si il est vraiment canon j’appelle pas les pompiers, je fais les premiers soins moins même. /SBAFF/

Vous l’aurez aussi compris, je ne suis pas du genre chaste et prude, mon corps élancé et mes muscles me servent à attirer les hommes ou les femmes. D’ailleurs, j’en suis plutôt fier. Je ne promets rien d'impossible, je ne suis pas un fabulateur, mais j’avoue être relativement dragueur. J’aime plaire, est-ce un mal ? J’en doute, beaucoup font des choses bien pire que moi… sans doute est-ce un peu lâche de raisonner ainsi non ? Mais c’est ma manière de penser, pour me pardonner mes écarts. Parce que oui, je m’en veux lorsque je brise un couple sans le vouloir ou que je fais une connerie. Là encore, il faut comprendre que je suis relativement volage, je ne crois pas au grand Amour et aux histoires d'âme sœur, je sais qu’un jour, je vivrais avec quelqu’un, avec un homme ou une femme que j’aimerai, mais ça ne sera pas ce Conte de Fées qu’on nous décrit dans les bouquins fantastique qui finissent toujours bien. Je ne vois pas la vie de cette manière. Dans celle-ci, rien n’est réellement bien. Les moments de bonheur sont rares et il faut savoir les saisir. De plus, je pense que je n’ai pas encore la bonne technique pour ça. Un jour, je serai peut-être amoureux. Mais avant ça, je compte bien profiter un peu du temps qu’il me reste. Oh je vous arrête tout de suite par contre, l’acte charnel n’est pas ce que je cherche principalement, j’aime juste jouer à séduire, le sexe, c’est une autre paire de manche, j’en parlerai après, il faut bien passer sur tous mes traits psychologique après tout. Pour en revenir à ce que je disais, je privilégie le jeu de séduction au reste, en bon Don Juan que je suis capable d’être.

Mais attention, je ne suis pas QUE cela, je suis aussi quelqu’un d'intelligent, je ne vais pas vous inventer le remède contre le cancer tout de suite, mais j’ai passé ma jeunesse entre bouquin et sports. Pas les études ? Eh oui, mon histoire n’étant pas ordinaire, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de me cultiver. La seule que j’ai eu à disposition jusqu’à mes 17 ans, c’est un gymnase et une petite bibliothèque. Bizarre tout ça, mais que voulez-vous ? C’est la stricte vérité. Je suis un homme qui voit sans voir. Je déduis sans pouvoir vraiment vérifier les expressions des personnes sur leur visage. Mais cela m’importe peut, tant que je suis dans le vrai. Je comprends rapidement si les gens me mentent ou non. De plus, je dois vous avouez que les bouquins n’ont pas servis à grand-chose à part à jouer aux dominos, mais qu’est-ce que j’y peux ? Je suis du genre déjanté, impulsif et complétement taré, et je le vis bien. Je me rappelle bien la fois où je regardais un film dans ma chambre. La pub était apparue juste avant les détails les plus importants, et sans réfléchir à ce que je faisais, j’avais explosé l’écran avec mon ballon de basket. Si je continuais sur ce genre d’anecdotes, j’en aurais tellement à vous raconter qu’on en finirait plus. C’est pour ça que je vais vous passer les plus intéressantes.

En ce qui concerne mes amis, je les garde précieusement, comme des trésors qu’il ne faut pas perdre, fidèle en amitié, je suis prêt à tout pour défendre mes proches, sans doute même à la pire des âneries inimaginable. Le malheur de mes potes ne me fait pas franchement plaisir, bien que je sois plutôt insouciant. Je ne suis pas sans cœur, alors, je tente bien souvent de remonter le moral de ces derniers. J'ai plutôt un bon humour mais pas à la hauteur de tout le monde parait-il. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je connais presque la totalité des blagues Carambar, un exploit n’est-ce pas ? C’est sûr que ça sert tellement dans la vie… Huhu

Je vais maintenant vous parler de mes cibles, non pas de mon rôle de séducteur du dimanche, ou de faux romantique, mais de mon comportement vis-à-vis d’eux. Même si j’avoue jouer avec ces personnes, je n’en reste pas moins très silencieux sur les liens qu’elles entretiennent avec moi. Je suis prêt à sacrifier pas mal de chose pour obtenir ce que je veux car selon moi, On n’a rien sans rien. Je peux être un séducteur sans pour autant être un macho. Et pourtant, on me collera systématique une pancarte du genre sur la tête, parce que je suis libertin sur les bords, parce que je suis volage, parce que je profite de la vie, parce que, tout simplement, je suis moi. Est-ce un crime ? J’en doute bien. Et pourtant, je ne doute pas souvent. Je suis du genre perspicace et je déniche souvent des détails que personnes ne retient dans des phrases, qui pourtant, sont importants. Je suis plutôt doué pour la cuisine, bien que personne ne m’en ais appris les rudiments.

«Faites-moi confiance ! ». Voilà les premiers mots que j’ai tendance à dire à un parfait inconnu détenant un potentiel incroyable ou un physique désirable. Fourbe et manipulateur, je suis un très bon comédien. Mes talents ont faits surface pendant les huit années de souffrance que j’ai vécu. Je collectionne les conquêtes d’un soir sans chercher une relation plus stable, je vends du rêve à ceux qui en veulent tout en continuant à la recherche de mon propre bonheur. Pourtant, tout le monde me fait confiance non ? Oui c'est vrai, j’ai toujours réussit à garder un masque chaleureux et amical, un masque que je ne retire pas souvent. Ce masque cache en vrai ma véritable nature... Mais on ne peut pas devenir quelqu'un d'aussi méchant en naissant, si ? Oui, en vrai la cause de mes problèmes est que la mafia m’a tout pris et m'a réduit à l'esclavage, heureusement pour moi, j’ai réussi à fuir....

Ce que j’aime par-dessus tout, c'est tout ce qui est sucré. Je pourrais en manger tous les jours, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. À chaque fois qu'on me croise, soit je mange des glaces, soit je déguste quelques guimauves, que je prends bien le temps de savourer, enfin bref, juste pour dire que j’adore ça. Quand je ne mange pas de marshmallow, vous me verrez sans doute engloutir une crème glacée et ça presque toujours. Généralement quand je vois que mon adversaire est faible, je ne me gêne pas de manger des guimauves pendant le match même. Voilà c'est à peu près tout ce j’aime vraiment. Enfin, je ne vais quand même pas tout vous révéler, ce ne serait plus drôle après.
C’est tout ce que vous serez de moi, à moins de me croiser dans une rue, qui sait ce que nous réserve le futur ?


Je ne suis pas a plaindre...Ou peut être que oui...


C H A P I T R E I :


L'homme ne tarda pas à sentir la colère lui monter au nez. Cette détestable sensation grimpant rapidement le long de ses membres, faisant battre le sang à ses tempes, lorsqu’elle lui parlait. Elle était devant lui, il aurait pu la tuer facilement sans l’ombre d’un remord. Ses mains en avaient envie, sa bouteille d’alcool coincée entre cinq doigts. Mais même sans l’aide d’une bouteille, il aurait pu l’étrangler, ses paumes étaient larges comme des planches, et la boisson lui brûlait le sang qui coulait dans ses veines. Elle n’avait aucune excuse. Le ridiculiser devant ses collègues de travail, devant ses amis, lui prendre son argent, le tromper. Lui voler sa vie, en faire ce qu'elle désirait. Il avait même recommencé à fumer, lui qui avait fait tant d’efforts pour arrêter, par amour pour elle. Oui, celle qu'il avait adorée détestait l’odeur des longs cigares cubains qu’il s’était offert durant près de vingt ans. Et depuis ces trois courtes années, depuis qu’il l’avait rencontrée, il avait tout fait pour lui plaire, tout, et elle s’était prise au jeu. Il avait fini par comprendre qu’elle se moquait de lui et que cela n'était qu'un simple passe-temps à ses yeux. Il ne voyait plus l’amour qu’elle avait éprouvé pour lui – il doutait même qu’elle l’eut éprouvé ne serait-ce qu’un seul jour. Mais à présent, que faire ? Les bretelles de son pantalon le serraient, elles creusaient dans ses épaules de profondes marques rougeâtres. Mais il ne sentait plus aucune douleur, parce qu’il avait oublié ce qu’était cette sensation à force de trop la fréquenter. Quelques mois auparavant, il s’était rendu compte de sa terrible tristesse, cette déprime tellement douloureuse. Et il n’avait pas supporté cela. Lui qui n’avait jamais été un grand buveur, il s’était dit qu’il pourrait tenter de noyer ses problèmes dans la luisante couleur cuivrée d’un verre de whisky. Et en effet, l’alcool avait tout fait disparaître. Tout. Comme si sa vie n’était qu’un tableau, et qu’il en recouvrait la toile d’une épaisse masse noire, un noir puant le pétrole. C’était la couleur de la colère. Depuis trois mois, il n’éprouvait qu’une colère sombre, qui occultait le reste de ses pensées, les rendant presque inexistantes à ses yeux. Il s’était convaincu qu’elle l’avait trompé, et ses narines qui se soulevaient au rythme de sa respiration, ses ongles si bien taillés accrochés à ses doigts qui commençaient à vieillir malgré la crème, le rouge à lèvres qui dépassait très légèrement dans le coin de sa bouche, ses cils qui, en battant, hurlaient sa possible innocence, oui, tout en elle lui disait qu’elle l’avait trompé pour de bon.

Il ne pouvait plus accepter ça, et avait d’abord essayé de partir. Il avait fui, presque tous les soirs, prétendant rejoindre ses amis, dans les sombres rues de la ville afin de s’éloigner le plus possible d’elle. Mais il n’avait pas prévu ce qui lui arriverait : elle croyait à présent qu’il la trompait et avait craché dans son dos, parlant avec tous les gens qu’il était susceptible de connaître. Et depuis à mo peine un mois, elle lui menait la vie dure. Elle était la mer, elle le baladait tel un simple navire de pacotille. Elle ne lui parlait que pour lui dire des méchancetés, pour l’insulter et l’utiliser comme bouc émissaire. Et dire qu’elle le trompait, elle, il en était si certain ! Voilà qu’aujourd’hui, il n’en pouvait plus, et la voir assise sur le divan, en peignoir, sirotant un verre de vin, l’ignorant, songeant à ce qu’elle se ferait pour dîner et à quelle idiotie elle pourrait bien inventer pour lui faire porter le chapeau, la voir ainsi lui donnait des envies meurtrière. Il était donc là, sa bouteille à la main, cette source de tant de noirceur, de tant de haine. Et dire qu’il avait aimé cette femme. Qu’à une époque, il l’aurait serrée dans ses bras tout le jour pour lui faire l’amour le soir, lorsque la seule noirceur de leur vie eut été l’absence de lumière dans leur chambre. Et ce soir-là, il n’avait que cette émotion : la rage. Il avait tant tenté d’oublié qu’il ne savait même plus tout ce qu’elle lui avait fait. Il la tuerait sans avoir aucun souvenir des choses qu’elle lui avait fait subir. Lui donner un enfant qui n’était pas sien, quelle idée. Mais peu l’importait. Ce qu’il savait, c’était qu’elle avait brisé son âme en milliards de morceaux. Que ces morceaux se répandaient sur le sol, coupant comme le verre. C’était donc ça. Son esprit n’était bon qu’à blesser à présent. Après avoir été rempli d’une noirceur qui le noyait, il était devenu poussière
.
Il était une bouteille d’alcool. Symbole de désespoir, brillant de folie, se terminant cassé au fond de sa propre vie.

S’avançant vers elle, il leva son bras le plus haut possible. Il n’y avait plus à réfléchir. Abattant la bouteille brutalement sur son crâne, il entendit le verre se briser et vit enfin le sang couler. Son cri sembla aussi doux que le vent, presque inaudible. Comme les flocons de neige s’abattant sur l’île. La folie de son regard accompagna son second geste, achevant sa pauvre victime. Lâchant le cadavre de bouteille qu’il lui restait dans la main, il regarda sa paume gauche : du verre s’y était coincé, et il saignait quelque peu. Ignorant la douleur, il enjamba le corps sans vie qui gisait sur le palier, devant lui et s’approcha d’un fauteuil. Soulevant le coussin, il saisit le revolver qui se trouvait dessous, dissimulé depuis un bon moment. Il l’avait acheté un mois auparavant, et encore aujourd’hui, il ignorait vraiment pourquoi. Laissant la lumière allumée, il marcha vers la porte de sortie de sa maison. Dehors, il faisait déjà nuit, la ville était vide. Le soleil habituel s’était couché depuis longtemps, le froid de la nuit le faisait diablement frissonner mais il trouva ainsi agréable l’idée de marcher sans but. Son domicile ne se trouvant pas loin de la forêt de palmier, il décida d’aller se perdre dans les bois. Il verrait bien ensuite ce qu’il ferait, il avait le temps. Il ne tarda pas à rencontrer les premiers arbres. Avançant en rêvassant, il vérifiait tout de même de ne pas trébucher sur une racine ou glisser dans sur le sable. Bientôt, il arriva à une petite cabane en bois. L’un de ses amis avait l’habitude de venir fumer de la marijuana ici, il était persuadé d’en voir les mégots sur le sol et d’en sentir l’odeur dans l’air environnant. Un autre y travaillait en tant que bucheron. S’adossant contre le mur rafraichissant de la baraque, il souffla longuement. Il verrait bien ensuite ce qu’il ferait, il avait le temps. Regardant le revolver à présent couvert du sang de sa main, il s’arrêta une seconde de penser. Le temps semblait s’être arrêté dans cette partie du monde. Ce que l’on y faisait, qui l’on y rencontrait, … ce n’était pas vraiment réel. Calant lentement le canon de l’arme sur sa tempe, il chanta un instant une chanson d’un auteur dont il avait oublié le nom. Ça l’étonnait même de se souvenir de l’air. Il ne trembla pas lorsqu’il pressa la gâchette. Cet endroit n’était pas vraiment réel. Ce qu’on y trouvait n’était pas vraiment notre vie. En effet, il ne faisait plus vraiment partie de la vie. Tombant à terre, le corps mort s’écrasa dans la poudreuse, sentant l’odeur humide de bois pourri. Un silence régna quelques temps. Le parfum du sang recouvrit l’atmosphère avec le même poids que le regard d’un tyran sur le peuple qu’il martyrisait. Il était mort. Il verrait bien ensuite ce qu’il ferait, il avait le temps.


C H A P I T R E II:


Nagisa entendit une forte détonation. Non, ce n’était pas une forte détonation : c’était le bruit le plus froid, le plus violent et le plus résonnant qu’il n’avait entendu dans sa vie. Il lui glaça les os, les membres, le sang, son esprit curieux lui fit tourner rapidement la tête vers l’origine du bruit, mais ses jambes, guidées par son instinct, le portèrent à l’abri. C’était un homme, et comme tous les oiseaux, tous les chiens errants, tous les serpents rampant, il fuyait le terrible coup de tonnerre, l’impression du danger. Mais c’était plus sec qu’un coup de tonnerre. Aucun éclat, simplement cette sensation de déplacement, de vitesse, comme s’il s’agissait d’une vague traversant la forêt. Le monde entier devait avoir perçu son écho. Après quelques minutes tapit dans l’ombre d’une cachette improvisée, le sportif et enquêteur de renom qu’il était s’autorisa à sortir prudemment. Avançant dans l’obscurité, il chercha, le regard froid une indication sur la source de la détonation. Après tout, ça l’intéressait, et il n’avait rien de mieux à faire pour le moment. Humant l’air, il eut la vague impression de sentir une odeur de brûlé mélangée à celle du métal, mais quelque chose finit par recouvrir le reste, tuant le moindre autre parfum. Il voulut respirer l’air sylvestre mais faillit s’étouffer tellement cette chose le prit à la gorge. Crachant, l’homme en blanc sentit des gouttes de sueur perler sur son propre front. Il avait beau être un habitué des scènes de crime, la peur de la mort était quelque chose de naturel chez lui. Partout autour, aucune lueur de vie, aucune senteur harmonieuse. Cette chose plongeait la forêt dans l’atmosphère la plus lugubre que les arbres aient jamais connu. Plus il marchait, et plus c’était fort. Il eut le tournis en arrivant à la cabane à couper le bois. C’était insupportable. Cette odeur poisseuse, mélangeant les déchets marins à la rouille présente sur du fer usé, la graisse brûlée et la charogne. Le sang. En réalité, il ne s’en rendait compte que maintenant, alors que son corps se figeait de terreur, mais il avait entendu le son de la mort. La Mort, qui avait hurlé cette nuit. Et c’était un bruit terrifiant. Il osait à peine s’approcher. Le relief d’un être autrefois vivant était visible. L’odeur du sang était tellement présente qu’il aurait pu la palper, il en était certain. Ses jambes se frayèrent un chemin parmi les racines qui encombraient le sol. Il eut la nausée en réalisant ce qui se trouvait devant ses yeux : un humain, la tête totalement décomposée sur le côté gauche, le sang coulant tellement que Nagisa aurait pu baptiser une nouvelle rivière et en faire une frontière de territoire. Sa peau s’imprégnait rapidement du liquide pourpre. Sa jambe gauche semblait blessée également, mais l’homme ne pouvait détacher son regard du trou béant d’où sortait le sang. Le spectacle morbide qui se dressait devant lui était de plus en plus insupportable, si bien qu’il finit par reculer et courir à nouveau. Il courut sans savoir où son esprit le menait. Il se maudit d’avoir voulu voir ce qui puait l’hémoglobine, et à présent les images du cadavre embrumé de ténèbres l’assaillaient de toutes parts. Il courut pendant quelques minutes, sans s’arrêter, cherchant à ne plus sentir le sang, mais il avait l’impression que l’odeur s’était accrochée à lui. Il se sentait sale.
Le pire dans tout ça, c’est qu’il connaissait l’homme en question. Il savait de qui il s’agissait. Et le voir ainsi avait intégralement remplit Nagisa Hatsune d’une inquiétude folle. Selena… Comment allait-elle ? Si cet homme fou d’elle s’était retrouvé dans un tel état, c’est qu’elle y était pour quelque chose. La peur l’envahissait. Il n’aurait pas dût la laisser seule pendant tout ce temps. Il n’aurait pas dût se permettre de continuer ses activités d’enquêteur. Il aurait dût rester à ses côtés, avec l’enfant qu’elle portait. La protéger… Voilà ce qu’il aurait dût faire. Il se sentait bête d’être aussi inquiet, mais Hawaï n’était plus un endroit très sûr. Sa femme qui s’était volontairement mariée avec un autre afin de subsister était peut-être en danger à l’heure qu’il est. Le doute l’empêchait de respirer convenablement, enfermant le peu de calme qu’il restait en lui au fond d’un petit tiroir. Arrivé devant la porte entrouverte, le grand blond toqua. Les yeux ouverts, sans ciller une seule seconde, il attendit, immobile. Il avait entendu le cri de la mort, il avait senti son odeur, avait vu sa représentation, avait goûté à son breuvage, mais c’était elle qui viendrait le toucher

Pensant avoir patienté assez longtemps, l’homme en blanc entra. Le spectacle qu’il avait sous les yeux était tellement pire que ce qu’il avait imaginé. Selena, allongée par terre, morte. Que dire ? Que faire ? Comment réagir face à la perte de cet être si cher ? Il n’y avait aucun mot pouvant décrire ce qu’il ressentait à cet instant. Il était perdu. Nagisa s’assit à côté du corps sans vie, puis pensa à ce qu’il avait été. Il aurait dût abandonner ses projets quand il avait rencontré cette femme, il le savait maintenant. Et s’il l’avait pût, il aurait tout faire pour remonter le temps et changer tout cela. Il ne se serait pas opposé à la mafia, il serait resté à ses côtés, jusqu’à ce que la mort ne les sépare. Mais là, c’était trop tard. Il avait tout fichu en l’air. Ce fut à ce moment-là que les cris du bébé interrompirent ce silence de deuil. Le flic tourna la tête et s’avança vers le lit, sans rien dire. Il passa la tête au-dessus et aperçu enfin la seule chose qui restait de sa femme. Il l’aimait, ça oui, mais aucune affection ne serait possible de sa part, étant donné que Selena n’était plus là.

Ce fut ainsi qu’il se présenta chez Mme Iyama, la vielle dame qui lui avait fait rencontrer la jeune défunte. Ses bras portant l’enfant protégé par une couverture. Il laissa celui-ci devant le palier, puis s’en alla, revenant à sa vie de policier traqué.


C H A P I T R E III:


8 ans passèrent sans la moindre bavure. Seyu grandit, apprenant en premier temps à parler, puis à marcher. A tenir sa fourchette et son couteau correctement, à lire. A faire toutes les petites choses de la vie normale pour une enfant de cet âge. Ainsi qu’à jouer au basket, un sport dans lequel il avait de nombreuses facilitées. Il vivait seul avec Anna Iyama et s’occupait d’elle en échange du toit qui lui était offert. La pauvre vielle dame souffrait d’une maladie incurable et n’en avait plus que pour quelques années. Ichi était celui qu’elle considérait comme un ami, bien qu’ils soient loin d’avoir le même âge, ils s’entendaient étonnement bien. Mais Seyu s’ennuyait, il ne voyait pas souvent ses amis étant donné qu’il devait s’occuper d’Anna, et vivait donc en solitaire. Ce fut ce jour-là que tout changea. Seyu était seul, dehors à gambader dans le sable. Il se baladait souvent dans la forêt, bien qu’il ait été averti par de nombreuses personnes des dangers qui y rôdaient. L’air était froid, le vent faisait danser les branches des sapins, balayant les fines particules composant le sol par la même occasion. Ichi se sentait serein à cet endroit, comme si une présence rassurante le suivait. Mais à l’ombre d’un arbre, une source maléfique l’attendait. Il continua sa balade jusqu’à arriver devant une zone mouvante où une petite chose grisâtre semblait être coincée. S’enfonçant dans le sol, elle ne parvenait pas à regagner une surface sûre. La chose était belle et bien coincée au milieu d’un sable mouvant. Ichi’, ayant toujours aidé les autres quand ils en avaient besoin accrocha une liane autour de sa taille puis se mit à avancer jusqu’à l'animal s'enfonçant peu à peu. Une fois assez près, il pût enfin comprendre qu’il s’agissait d’un des animaux dont les villageois lui avaient parlés. Il ne semblait pas effrayant, loin de là. Plus pathétique vu la situation, mais Seyu le trouvait classe, si bien qu’il l’aida à regagner le bord. Malheureusement pour lui, le danger s’était rapproché et un loup noir venait de sortir du bois. Grognant, il s’aventura vers eux sans faire attention. Les deux autres reculaient, essayant de ne pas finir en chair à pâtée. Le loup se mit à courir vers eux, ayant sans doute une meilleure maitrise du sable grâce à sa vitesse. Assez loin du bord, le chiot aux yeux pétillants et Ichi semblait perdus, condamnés à mourir ici. Mais quelque chose changea la donne. L’animal qu’il avait sauvé fonça vers le loup, puis lorsque celui-ci s’arrêta pour tenter de le mordre à l'aide de ses petites dents, le loup, lui, se contenta de balancer un coup de griffe avec puissance sur l'enfant. A ce moment, du sang coula. La douleur engendrée par cette blessure était cuisante et le pire, c'est qu'il ne savait pas s’il parviendrait à quitter cet endroit vivant. Le jeune chien cendré, lui, était toujours en pleine forme et venait, suite à la surprise du loup d'enfoncer ses petits crocs dans la gorge de l'animal. Le carnivore, ayant du mal à respirer, s’enfonça dans le sable, bloqué à jamais. Ce fut à partir de cet événement que et lui ne se quittèrent plus d’une semelle. Il l’adorait, il était son ami, son compagnon, son pote quoi. Il n’était plus seul quand il sortait dans la forêt, il n’allait plus au marché sans lui. Wave dormait même dans son lit. Bref, ils étaient inséparables.
Même si Iyama ne voyait pas cela d’un bon œil, elle ne pouvait s’empêcher de remarquer qu'Ichi était plus heureux avec le petit husky qu’avant, si bien qu’elle ne s’y opposa pas. Le seul hic dans tout ça, c’est que Wave était un animal qu’on avait guère l’habitude de croiser à HawaÏ et qu’il était préférable de ne pas s’approcher de ces animaux arrivés clandestinement. Réputés comme violents, ils pouvaient parfois avoir des réactions incontrôlables et donc blesser des personnes innocentes comme les enfants. Cela dit, elle ne pipa mot, et son état continua lentement de se détériorer jusqu’à ce que Seyu n’atteigne ces 9 ans.


C H A P I T R E IV:


Seyu Ichiro continua de s’occuper de sa « grand-mère » malade. Il n’avait cessé que faire croire qu’il avait un lien de parenté avec celle-ci juste pour pouvoir s’imaginer avoir une famille. Même les deux jumeaux qui étaient ses amis ne savaient rien de lui hormis ce qu’il leur avait montré. Le jeune garçon grandit donc, tentant vainement d’oublier ses amis jusqu’à la mort d’Anna. Elle ne savait comment s’était arrivé. Tout ce qu’il avait pût voir en rentrant dans la masure, c’était son vieux corps parcourut de spasme violent ainsi que sa cage thoracique retombant une dernière fois sur le sol avant d’être assommé par un violent coup sur la tête.
Seyu resta plusieurs jours inconsciente et à son réveil, se retrouva face à un étrange bonhomme en uniforme. Celui-ci se présenta, un rictus se formant sur ses lèvres fines. Acapulco, lieutenant d’un groupe de la mafia du Japon ayant pour mission de récolter des informations sur un certain flic. Malgré le fait que le gamin ne connaissait rien de cet homme, on lui apprit qu’il s’agissait de son père et qu’il était donc désigné comme un danger potentiel pour leur groupe. Sa détention fut longue. Elle dura plus de cinq ans. 8 années qu’il aurait dû passer enfermer, avec pour seul occupation un gymnase dans lequel il avait pratiqué deux sports pour faire passer le temps. Le basket, et la gymnastique. 8 années de perdues. 8 années de tortures. Bref, 8 années l’ayant forgé. Lors de sa septième année d'incarcération, les yeux de Seyu subirent d'étranges changements dû à l'échec d'une expérience. Ayant servis de cobaye aux chercheurs travaillant pour la Mafia, ces modifications n'étaient pas vraiment étonnantes. Les yeux du jeune homme ont refusés de renvoyer les images qu’ils percevaient à ses deux rétines, le rendant partiellement aveugle. Mais le produit injecté a également changé autre chose. Celui-ci lui permettait de voir les contours des choses l'entourant, et avait accrut son champ de vision. Ichi pouvait désormais réussir à savoir si on l'approchait pas derrière, il n'avait plus d'angle mort dans sa vision. Malheureusement pour lui, le basket s'avérait être bien plus dur étant donné qu'il ne voyait plus les couleurs. Après un diagnostique de leur cobaye, les savants lui promirent que le liquide qu'ils avaient testés mettrait au maximum un an à s'évaporer. Le jeune homme, jusque là, se contenta de sculpter son corps à l'aide de séances de musculation quotidienne. Son caractère provient de cette incarcération, ses réactions également. Un jeune homme torturé et séquestré n’a pas un caractère banal, il n’a même plus une vie banale, il faut le savoir. Tout ce qu’il sait, c’est qu’on lui a dit que d’ici 1 an, il retrouverait la vue et conserverait sa vision de 360 degrés. C’est ce jour ci que la chance tourna. Pendant qu’il était en compagnie de son agresseur, Wave survint à sa rescousse. Le jeune homme qu’il était en profita pour se lever et pour abattre un tisonnier sur le visage du mafieux. Il prit ensuite la fuite de cet étrange entrepôt servant de repère à ce groupe inconnu de tous, guidé par son chien.
Ce fut dans la semaine qui suivit que Seyu Ichiro, fit son apparition au lycée Touhou et qu’il postula pour devenir arrière. Son admission est pour l’instant en attente. Le jeune homme recommence à pouvoir voir les couleurs, ainsi que les détails du monde qui l'entoure. Depuis, il s’entraîne donc dans le but de devenir le plus fort possible afin d’être accepté dans la Team.

Physiquement ? Quoi ? je dois me regarder dans un miroir ?



Pas trop mal, du moins c'est comme cela qu'il aime se définir. Il est quelqu'un qui a un charme fou et il faut l'avouer. Peut-être serait-il moins présomptueux, si la gente féminine n'était pas d'accord avec lui. La plupart des demoiselles le trouvent très beau et il faut dire que ce n'est pas vraiment faux. Son charme est un très fort atout quand il entre dans la peu d’un séducteur et c'est grâce à cela qui obtient avec elle tout ce qu'il veut, toujours en restant très gentleman bien sûr. Il y a un autre atout chez lui qui fait craquer les femmes aussi bien que les hommes, ce sont ses beaux yeux qui lui viennent de son père, ce fameux sportif peut-être mort à cette heure. Ses iris sont de la même couleur que les troncs ambrés des palmiers de la baie d’Hawaï dans laquelle il a grandit. Les yeux sont le miroir de l'âme, alors cette expression, lui convient parfaitement, car si vous regardez ses yeux, vous pouvez connaître en un instant son humeur, même s'il essaye de cacher celle-ci avec son beau sourire. Ses cheveux sont blonds comme ceux de sa mère. Ceux-ci sont mis-longs. Il ne se coiffe presque jamais, car il trouve cela inutile, c'est juste une perte de temps alors, ne vous étonnez pas si vous le voyez mal coiffé, mais ceci lui va très bien et ça ne fait que l'embellir un peu plus. Comme la plupart des personnes vivantes sur cette planète, Ichiro a des oreilles et une bouche, je pense que cela ne sert à rien de les décrire, je pense que vous savez à quoi ça ressemble une bouche non ? Au pire tapez sur Google.

Juste en le regardant on peu bien voir qu'il mesure dans les mètres 90 environs, mais lui-même ne sait pas exactement, car il ne se mesure jamais, la dernière fois qu'il s'est mesuré c'était peut-être à ses 15 ans et il mesurait déjà un mètre 82 alors, dans la logique des choses, comme depuis il a grandi il doit être dans les mètres 90. Il ne se pèse jamais, il n'y fait pas très attention non plus, je pense qu'il pèse entre 75 kilos-80 kilos, environ bien sûr. Ses bras sont longilignes et musclés, au même titre que ses jambes et le reste de son corps est un peu pareil. Ceci est le résultat d'un entraînement intensif et d’une inlassable saison de musculation, Même si l'entraînement était plus pour s'occuper qu'autre chose. C'est normal si son corps soit devenu comme ça, et il ne va pas s'en plaindre. Torse nu, on peut admirer ses pectoraux et ses abdominaux biens dessinés.

Pour ce qui est de ses tenues, on peut dire qu'il se contente du minimum. En cours, il arbore un tee-shirt ainsi qu'un jeans, puis quand il est en été préfère se débarrasser du haut quand il ne travaille pas. Un pull quand il fait froid lui est utile puis, pour ce qui est du reste, vous verrez bien quand vous le croiserez.



Dernière édition par Seyu Ichiro le Lun 10 Déc - 17:46, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Mar 27 Nov - 15:35
Shiro Kuragari
« Élève Ordinaire de Seirin Gakuen »
avatar

✘ Date d'inscription :
26/08/2012
✘ Messages :
497
Membre du mois :
73

Bienvenue Taiga !

Si tu as des questions le staff est toujours disponible par MP si tu ne les vois pas sur la CB~ !
Bonne continuation pour ta fiche♪

-------------------------------

Ma fiche~ Mes liens~
Un gros mercii à DiReN pour ma magnifique signa' et à Stain pour mon vava~ love 


Spoiler:
 

Vive les ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Mar 27 Nov - 21:06
Dylan A. Kingslay
« Papa gâteau dans l'âme. »
avatar

Papa gâteau dans l'âme.
✘ Date d'inscription :
22/07/2012
✘ Messages :
527
Membre du mois :
4

Désolé Taiga, je n'ai pas encore eu le temps de faire le code pour la présoche x3
Je te donnerai le nouveau des qu'il sera fini d'Accord ?

Breff bienvenue ici ! et Passe un bon moment parmis nous <3

-------------------------------
Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Ven 30 Nov - 10:09
Daiki Aomine
« »
avatar

✘ Date d'inscription :
19/08/2012
✘ Messages :
1999
Membre du mois :
2

Bienvenue enfin une nouvelle tête ça fait plaisir ! :D
Un personnage masculin en plus... je veux voir ton vava ! >:D

-------------------------------

Ma fiche de liens ~ Mes RPs'


Like a boss ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Dim 2 Déc - 12:52
Invité
« Invité »
avatar


Merci à vous trois :)
Présentation terminée, à moins que vous trouviez à redire ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Dim 2 Déc - 13:35
Invité
« Invité »
avatar


Bienvenu !!!

Une seule chose à dire wouaou t'écrit vachement 0o0

J'adore *0*

Encore bienvenu et hâte de faire un RP avec toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Dim 2 Déc - 14:03
Invité
« Invité »
avatar


Merci Katy, ça me fais plasir
Etant donné que j'avais pas de devoirs ce week-end, j'ai eu le temps d'écrire plus qu'en temps normal ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Dim 2 Déc - 14:26
Invité
« Invité »
avatar


MA FUTUR VICTIME *-*
j'aime beaucoup ton nouveau nom ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Dim 2 Déc - 23:32
Invité
« Invité »
avatar


Bon tournée général de mes comptes !
Je n'ai pas encore fait la lecture de ta présentation mais j'aimerais savoir si ce ne te dérangeais pas de prendre le model pour la fiche =3 Je veux dire retranscrire tes info dans le bon code xD Parce que l'anciens était activé par du css mais en changeant le theme j'ai tous effaçé et j'ai vraiment la flemme de tous refaire D: Vraiment désolé...Shiro devrais passé demain pour vérifier ta présentation x) Je le ferais bien mais je suis plus tôt débordé ces temps si...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Lun 3 Déc - 1:56
Shiro Kuragari
« Élève Ordinaire de Seirin Gakuen »
avatar

✘ Date d'inscription :
26/08/2012
✘ Messages :
497
Membre du mois :
73

Ah... C'est moi qui doit le validé? XD
Bon bah.. Heureusement que j'ai déjà tout lu~ C'est parti ! (Dydy : en espérant que pour valider tu n'as pas des crictères xD)
•Alors déjà d'une.. Ton cota de ligne est impressionante donc j'ai rien a redire pour ça.
•Tout est bien rempli~
•Conseil : pendant les rp's fait attention que ton perso ne soit un sorte de "super hero" x) oui parce que voit à 360 degrès... X3 et tout, on voit pas ça tout les jours.

Pour moi tout est bon, je laisse Dydy donner le verdict final qui donnera lors du changement du code de ta présentation. Et si Dydy ne peut pas lire ta fiche et qu'il peut seulement changer le code alors je te valide ^^

-------------------------------

Ma fiche~ Mes liens~
Un gros mercii à DiReN pour ma magnifique signa' et à Stain pour mon vava~ love 


Spoiler:
 

Vive les ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   Lun 3 Déc - 2:50
Invité
« Invité »
avatar


Ok, merci pour l'avis.
Je ferais attention à bien m'occuper de mon perso, je ne dépasserais pas de limites, promis :)
Pour ce qui est de la fiche, je la changerais ce soir car je n'ai pas le temps avant ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Seyu Ichiro   
Contenu sponsorisé
« »


Revenir en haut Aller en bas
 

Seyu Ichiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FT - Zen'Ichiro Wakame
» Ichiro Nakamoura [Pirate] [En construction]
» Kyoraku Ichiro (terminé)
» Ichiro entre en scène [fini]
» (m) Naruse Ichiro ft Kim Woo Bin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Basketball which Kuroko plays :: Look at me :: Votre Personnage :: Votre Présentation :: Présentations Validées-